Partagez|

Qui ne fait pas quand il peut ne fait pas quand il veut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Qui ne fait pas quand il peut ne fait pas quand il veut Ven 24 Juin - 17:56

Qui ne fait pas quand il peut ne fait pas quand il veut
C'est la confrontation avec les autres qui vous permet de dévoiler toutes vos facettes ••• Cette journée était la journée type qui ne tournait pas comme je l’espérais, à commencer par mon réveil qui n’avait pas sonné ce matin, résultat, je m’étais pointé au travail avec une bonne demi-heure de retard, enfin ça c’était grâce au coup de téléphone de ma collègue qui ne me voyait pas arriver, sinon il y aurait fort à parier que je serais sortis du lit bien plus tard. J’avais beau être derrière le bar et non pas en salle, le service de ce midi était une catastrophe, rien ne s’était déroulé comme prévu, à commencer par le stock de vin qui était quasiment vide, le fût de bière qui était impossible à changer, en claire, le genre de service que je ne voulais plus revivre. « Price ! » J’avais à peine franchis les portes du restaurant dans lequel je travaillais, que mon téléphone avait sonné, il me suffisait de lire le « Unknow » affiché sur l’écran pour comprendre de qui il s’agissait, pour devenir que j’allais devoir me rendre à ce qui était mon deuxième boulot, l’officieux, celui que personne ne connaissait et il valait mieux pour moi que personne ne le découvre. « J’arrive. » Comme à chaque fois, les conversations étaient brèves, plus court ce n’était pas possible de le faire, je n’avais aucune idée de ce que j’allais devoir me retrouver à faire, la surprise je l’aurais d’ici quelques minutes. Au final moi qui avait prévu dès la fin de ma journée travaille de me rendre à l’hôpital voire ma femme, une fois encore les choses avaient changé, mais je ne perdais pas espoir d’y arriver aujourd’hui.

Il n’était pas bien loin de seize heures quand je garais ma voiture dans le quartier de Downtown, trois jours que je n’avais pas pu rendre visite à ma femme, jamais depuis son accident j’étais resté aussi longtemps sans passer la voir. C’est pour cette raison, qu’avant de m’y rendre je voulais lui acheter des fleurs, je savais très bien qu’elle n’allait jamais les voir, exactement comme lors des deux dernières années, mais c’était malheureusement le seul cadeau que je pouvais lui faire. Coupant le contact de mon véhicule, je passais la main dans mon dos, retirant l’arme que l’on m’avait confié il y avait quelques minutes, je n’allais pas marcher dans la rue avec ceci sur moi, cela serait bien plus prudent de le laisser dans la boite à gants de mon véhicule. Reprenant une grande inspiration avant d’expirer un bon coup, j’ouvrais ma portière, posant les pieds dans les rues de Chicago, fermant ma voiture derrière moi, pendant que je longeais le trottoir pour rejoindre la boutique, je prenais mon téléphone. « Bonjour, c’est Dick. » Ca n’avait jamais été le grand amour entre la famille de Maxyn et moi, mais depuis son accident, on était bien d’accord sur une chose, il était hors de question de la débrancher, s’il y avait le moindre espoir alors on le tenterait. Jamais quand ma femme était consciente je les avais eus au téléphone, pourtant, maintenant à chaque fois que j’allais à l’hôpital, j’avais sa mère au téléphone. De ma main de libre, j’ouvrais la porte de la boutique de fleur pour entrer à l’intérieur, tournant mon regard sur le côté, sur les premières fleures qui se trouvait sur mon chemin. « Je serais au Chicago Med d’ici un quart d’heure, peut-être vingt minutes. » Ce n’était pas parce que l’on était d’accords de maintenir Maxyn en vie, que l’on sautait de joie quand on se croisait dans les couloirs de l’hôpital, mon appel pour la prévenir était pour avoir confirmation qu’en arrivant je n’allais pas tomber sur elle ou son mari dans la chambre. « Merci, à bientôt. » Je pouvais lui souhaiter une bonne fin de journée, mais depuis deux ans, je trouvais cette phrase déplacée, comment elle pouvait comme moi passer une bonne journée ou une bonne soirée alors qu’elle était dans le coma dans cette même ville que nous. Mettant fin à l’appel, je plongeais mon téléphone dans la poche de mon jean, avant de passer mes deux mains sur mon visage, frottant ma barbe naissante que je n’avais pas eu le temps de raser ce matin.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 135
Âge : 31
Métier : ancien avocat, maintenant fleuriste.
J'aime : Les femmes
Situation amoureuse : Veuf
Relationship : Declan | Swann
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : tearsflight pour l'avatar et Tumblr pour le gif
Avatar : Stephen Amell

MessageSujet: Re: Qui ne fait pas quand il peut ne fait pas quand il veut Dim 3 Juil - 3:53


Aujourd'hui, c'était la première fois que je revoyais Leah depuis ma sortie de prison. Toute année depuis ma libération avant de revoir ma fille. J'avais attendu ça pendant tellement longtemps. Quand j'avais toqué à la porte de sa maison, celle où elle vivait depuis mon incarcération, je m'étais sentis anxieux et nerveux. L'expression sur le visage de mon ancienne belle-mère en disait long. J'avais bien compris qu'elle n'était pas encore prête à me laisser récupéré ma fille. Nous avions échangé quelques mots rapides avant que Leah n'apparaisse finalement dans le cadre de la porte. Mon cœur avait fait un bon dans ma poitrine. C'était dingue ce qu'elle ressemblait à sa mère. Les mêmes longs cheveux bruns, les mêmes yeux pairs. Je lui avais souris, retenant mes larmes avant de la prendre dans mes bras. Elle m'avait tant manqué. Je pouvais lire l'incompréhension sur son visage. Qui étais-je? Que voulais-je? Quatre années loin de son père, ce n'est pas une étape facile pour une jeune enfant. Ce devait l'être encore moins pour ma belle Leah, puisque je me doutais bien que durant toutes ces années d'absences, aucun mot n'avait été dit sur moi.

Nous avions passés une bonne partie de l'avant-midi à flâner au Centre-Ville. Je ne voulais pas donner l'impression d'acheter ma propre fille, mais j'avais voulu me promener avec elle, redécouvrir ses goûts. Je voulais savoir ce qui lui plaisait, pour éventuellement prévoir son retour définitif à la maison. Je n'avais pas louer un très gros appartement, mais il était suffisamment grand pour nous accueillir tous les deux. Hélas, Leah s'était fait particulièrement silencieuse. Ce n'était pas vraiment les retrouvailles que j'espérais, mais je ne lui en voulais pas. Comment aurais-je pu? Elle n'a que huit ans et a déjà vécut la moitié de sa vie sans ses parents biologiques. Tout ce que je souhaitais, c'était que la prochaine rencontre se passe un peu mieux. Au bout de quelques heures, j'avais raccompagné Leah chez ses grands-parents, avant de prendre la direction du Centre-Ville. La boutique était bien installée maintenant. Je n'avais pas encore réussi à commander toutes les fleurs que j'espérais avoir d'ici les prochaines semaines, mais j'avais l'essentiel, les fleurs les plus appréciés et aussi les bouquets pêle-mêle, ceux que l'on achète quand on ne sait pas trop quoi offrir lors d'un premier rencard.

J'étais dans l'arrière boutique quand la clochette de l'entrée retentit. Je jetai un regard furtif vers le comptoir, espérant ne pas avoir affaire à un cambrioleur, mais rien de suspects à l'horizon. Une voix résonnait au loin, sans que je n'y porte plus attention. Soit ils étaient deux, soit la personne passait un coup de fil important. Cela m'importait peu en fait. Un bac en main, je traversai du côté de la boutique, c'est seulement en relevant la tête, après avoir déposer le bac de plastique sur le sol, que j'aperçus ce visage plus que familier. «Dick... ça fait longtemps.» C'était une expression neutre qui se lisait sur mon visage. En deux ans, Declan n'avait pas changé. Du moins, pas physiquement. J'avouais ne pas trop savoir quoi faire de cette situation. Une part de moi lui en voulait de m'avoir abandonner, tandis qu'une autre part me rappelait qu'il était tout de même l'un des seuls à être resté aussi longtemps à mes côtés. Je me rapprochai de quelques pas, incertain. «Qu'est-ce que je peux faire pour toi?» Je plongeai mes mains dans les poches de mon jeans. Je n'osais pas trop le questionner. Pourquoi il avait cessé de venir me voir en prison? Comment allait sa femme? D'ailleurs, étaient-ils toujours ensemble? Et la famille? J'étais curieux, mais pas autant que j'étais orgueilleux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Re: Qui ne fait pas quand il peut ne fait pas quand il veut Lun 25 Juil - 18:50

Qui ne fait pas quand il peut ne fait pas quand il veut
C'est la confrontation avec les autres qui vous permet de dévoiler toutes vos facettes ••• Une main sur mon visage, plus précisément sur ma joue, les doigts sur ma bouche, je perdais mon regard sur les fleurs qui étaient devant moi, comme à chaque fois que je venais en acheter pour ma femme depuis deux ans. Je savais que j’allais les déposer dans sa chambre d’hôpital, que j’allais m’en occuper, tout comme sa famille, mais qu’au final, elle ne les verra jamais, mourant avant qu’elle n’ait ouvert les yeux. Je ne faisais même pas attention au bruit qui était autour de moi, il faut dire que je ne l’entendais pas, bien trop perdu dans mes pensées, mais c’est une voix bien précise qui m’en tirait, une voix que j’aurais pu reconnaitre sans le moindre doute : Liam. Retirant ma main de mon visage, je me tournais vers lui, je n’en revenais pas, il était là devant mes yeux, je savais qu’il était sorti de prison, mais d’après mon frère, il avait quitté la ville, préférant se reconstruire ailleurs. « Liam... » Dire qu’à une période on avait été tellement proche tous les deux, on avait beaucoup de point en commun, comme le fait que sur notre génération dans la famille on était les deux premiers à se marier et trouver celle que l’on aimait. Mais aussi parce que je savais que je pouvais tout partager avec lui, qu’il serait capable de m’écouter et de me conseiller, comme c’était le cas également pour lui. Mais tout cela, c’était de l’histoire ancienne, deux ans, c’était le temps qui séparait aujourd’hui de la dernière fois que l’on s’était vu, lors d’une visite que je lui avais rendu en prison, lui promettant de revenir, une promesse que je n’avais pas tenue, avec l’accident de ma femme quelques jours après qui avait fini par la plonger dans le coma. « Je… » Je ne savais pas quoi lui dire, j’avais envie d’être content de le retrouver, d’afficher un sourire sur mon visage, mais comment est-ce que je le pouvais ? Puis la dernière fois qu’il m’avait vu, il avait vu le Declan encore souriant, qui aimait bien faire le con pour amuser la galerie, une personne que je n’étais plus aujourd’hui, une personne qui ne partageait presque plus rien de sa vie avec personne, il suffisait de voir mes activités illégales pour le comprendre. « Je suis venu prendre des fleurs pour Maxyn… » Je me sentais tellement con de lui avoir dit ça, puis qu’est-ce que j’allais faire s’il me demandait de ses nouvelles ? Je n’étais même pas sûr d’être capable de lui avouer la vérité, de pouvoir lui dire qu’elle avait eu un accident, qu’elle était dans le coma au Chicago Med. Je fermais les yeux secouant légèrement la tête avant de les ouvrir à nouveau, comme pour reprendre mes esprits, chasser de ma tête une situation qui n’avait pas encore lieu et qui n’aurait peut-être pas lieu. « Com… Comment tu vas ? » Est-ce que j’étais vraiment en droit de lui demander cela ? Tant pis de toute façon je venais de le faire, je verrais bien ce qu’il allait me dire, s’il allait me répondre ou préférer se concentrer sur le contexte professionnel, après tout je ne pourrais pas lui en vouloir. Lui qui avait vu toute la famille ou presque lui tourner le dos lorsqu’il était allé en prison, on avait été deux réellement à le soutenir et sur les deux, j’avais fini à lui tourner le dos à mon tour, même si ce n’était pas l’impression que je voulais lui donner, c’était bien ce que j’avais fait.
© 2981 12289 0

_________________

i'm no superman



Très souvent, au cours de notre existence, nous voyons nos rêves déçus et nos désirs frustrés, mais il faut continuer à rêver, sinon notre âme meurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 135
Âge : 31
Métier : ancien avocat, maintenant fleuriste.
J'aime : Les femmes
Situation amoureuse : Veuf
Relationship : Declan | Swann
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : tearsflight pour l'avatar et Tumblr pour le gif
Avatar : Stephen Amell

MessageSujet: Re: Qui ne fait pas quand il peut ne fait pas quand il veut Dim 14 Aoû - 3:27


Voir Declan, c'était une sacrée surprise. Je ne savais pas ce qu'il était devenu, ce qu'il faisait de sa vie. Le seul à ne jamais avoir cesser ses visites en prison, c'est Andrew, le frère aîné de Dick, et il n'avait pas voulu se confier à moi sur le disparition soudaine de son frère. Je n'avais pas insisté, mais j'avais directement imaginé le pire. J'avais souvent imaginé comment ce serait, de me retrouvé face à lui. Dans ma tête, j'étais parfois en colère, parfois heureux. Aujourd'hui je ne savais pas comment décrire mon ressentit. Certes, je n'allais pas faire comme s'il s'agissait d'un parfait inconnu, mais je pouvais parfaitement croire que ce ne serait plus jamais pareil entre nous. Je n'osai pas trop m'égarer, préférant me mettre dans la peau du nouvel homme que j'étais. Le fleuriste, je propriétaire de l'endroit, mais je n'allais pas me résoudre à le vouvoyer, il restait un membre de ma famille. À part entière. Un mince sourire se dessina sur mes lèvres quand Declan me dit que les fleurs étaient pour Maxyn. J'y avais songé. Ou plutôt, je l'avais espéré. C'est deux là formait un couple tellement solide, tellement beau à voir que ça aurait été très difficile, après toutes ces années, d'imaginer le brunet aux bras d'une autre femme. «Dans ce cas, je vais t'aider à lui offrir quelque chose de magnifique.» J'avais toujours beaucoup aimé Maxyn, elle s'était bien fondue dans la famille et je me rappelais les avoir souvent taquiner, tous les deux, à savoir quand est-ce qu'ils feraient des enfants. Leur mariage avait suivi le mien, mais il n'y avait toujours pas de progéniture en vue. Du moins, ce n'était pas le cas, lorsque je fus interné. Je me dirigeai vers le mur au fond de la boutique, attrapant quelques roses délicatement. «Tu veux que je retire les épines?» Je n'attendis pas sa réponse avant de m'emparer d'un instrument servant à les retirer. Mon attention étaient portée sur les fleurs, mais j'écoutais tout de même Declan. «Ça peut aller.» Je levai les yeux vers lui furtivement avant de redescendre le regard sur les roses. «Tu sais je... Tu devais t'attendre à ce que cette question vienne à un moment mais...» Je m'arrêtai un moment, lâchant ce que je faisais. J'étais zen, je ne me voulais pas agressif. Pourtant, j'espérais que mon cousin ne prenne pas mal mon questionnement. «Pourquoi, Dick? J'ai revirer toutes les situations possibles dans ma tête, essayant de deviner les raisons qui t'ont poussés à ne plus venir. Je... Je ne t'en veux pas. Mais j'ai besoin de savoir pourquoi.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Re: Qui ne fait pas quand il peut ne fait pas quand il veut Dim 28 Aoû - 18:57



Qui ne fait pas quand il peut ne fait pas quand il veut
Liam & Declan
« Merci… » Qu’est-ce que je pouvais bien lui dire d’autre ? Je ne voulais pas rentrer dans les détails, je ne voulais pas qu’il me demande comment allait ma femme, je ne voulais pas parler du cauchemar que je vivais depuis deux ans, c’était mon enfer, celui dans lequel je me trouvais et partageait avec presque personne depuis que ma femme était dans le coma. Oui sa chute à cheval avait créé un faussé entre ma famille et moi, si je continuais de les voir, de passer du temps avec eux, plus aucun de savait ce qu’il se passait dans ma vie et plus personne ne me demandait des nouvelles de Maxyn, ils connaissaient ma réponse, si l’un d’entre eux voulait la voir, ils n’avaient qu’à lui rendre une petite visite au Chicago Medical Center. Dans le fond, il n’y avait que Liam qui avait subi sans jamais réellement savoir, je me doutais bien que mon frère ne lui avait rien dit, du jour au lendemain il n’avait plus eu la moindre nouvelle de moi, sans aucune raison, je n’osais même pas imaginer à quel point il devait m’en vouloir. Je relevais mon regard dans sa direction, des roses à la main, je n’avais pas le temps de répondre à sa question que je le voyais s’occuper de retirer les épines des roses qu’il avait choisis, dans le fond, qu’elles y soient ou non, Maxyn ne s’en rendrait pas compte dans l’état dans lequel elle se trouvait. Je passais ma main sur mon front, le frottant du bout de mes doigts avant de me lancer, de lui demander comment il allait, je sais que je jouais avec le feu, qu’il y avait de grande chance pour que cette conversation n’ait rien à voir avec celles que l’on avait eu par le passé, mais il était mon cousin, j’avais toujours été proche de lui et je voulais qu’il aille bien malgré les circonstances. L’entendre me dire qu’il allait bien me faisait plaisir, bon en même temps je savais que sa vie ne serait plus jamais la même, même s’il était sorti de prison, même s’il avait été innocenté du meurtre de sa femme. Je me rapprochais du plan de travail où il se trouvait, un peu hésitant tout de même, mais après tout c’était mon cousin, on allait pouvoir tenir une conversation sans s’entre-tuer, je l’espérais.

Ses premières paroles ne me plaisaient guère, je savais dans quelle direction on était en train de se diriger et je n’avais pas envie d’entamer ce sujet, mais pourtant, j’avais beau retourner le problème dans tous les sens, Liam avait raison, je m’attendais à sa question, tout comme je n’avais pas de moyen d’éviter celle-ci. Je baissais ma tête, mon regard une courte seconde sur le sol avant de fermer les yeux, de serrer les dents. Oui il avait envie de savoir pourquoi d’un seul coup j’avais coupé tout contact, mais est-ce que j’étais vraiment prêt à le lui dire ? Je n’allais pas avoir d’autre choix.  « Je… Je sais que ce n’est rien par rapport à tout ce que tu as vécu, mais… Ma vie est devenue un véritable enfer, j’avais besoin d’être seul. » La solitude depuis deux ans je connaissais assez bien, on était devenu plutôt bons amis. « Ce n’est pas uniquement avec toi… Personne d’autre de la famille ne sait ce qu’il se passe dans ma vie. » Mon regard s’était relevé dans la direction de mon cousin, non je n’étais pas à l’aise, sans doute parce que je n’avais pas l’habitude de parler de tout ce qu’il se passait depuis deux ans, parce que j’estimais qu’après ce qu’il avait vécu je n’avais pas le droit de me plaindre, pas à lui. « Je sais que tu t’entendais bien avec Maxyn et… Tu as le droit de savoir. Pour te dire la vérité, c’est que… Peu importe qu’il y ait des épines sur les roses ou non elle ne verra aucune différence… » Je passais ma main sur ma joue, je ne savais pas comment le lui dire, je n’avais été très diplomate et je luttais pour ne pas sortir d’un seul coup ce qu’il se passait pour m’en débarrasser. « Elle… » Un mot, un seul et j’avais déjà dû mal à continuer, je reprenais ma respiration alors que je sentais mes deux mains trembler, ma gorge commençait à se nouer, comme je savais qu’une fois encore les larmes n’étaient plus très loin pour se montrer. « Elle a fait une chute à cheval il y a deux ans… Maxyn est dans le coma au Chicago Med… » Voilà, l’information était sortie, je savais très bien que ça n’excusait pas mon absence depuis tout ce temps auprès de mon cousin, mais c’était la seule raison qui m’avait éloigné de tout le monde.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Qui ne fait pas quand il peut ne fait pas quand il veut

Revenir en haut Aller en bas
Qui ne fait pas quand il peut ne fait pas quand il veut
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» une rsg peut elle prendre congé quand elle veut
» Bola ?
» frottis pendant grossesse
» Jusqu'à quand chosir l'AGA?
» a quel age peut t on faire prendre une douche a bebe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Challenge Of Chicago :: Chicago City :: Downtown-
Sauter vers: