Partagez|

Save my life, won't you help me [Declan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Save my life, won't you help me [Declan] Ven 1 Juil - 21:21


J’enquêtais sur un réseau depuis plusieurs semaines. C’était même plus un article, mais un reportage complet que m’avait commandé le journal sur la base de premiers rapports. C’est ce que je préférais dans mon métier, m’atteler à un sujet et pousser mes investigations à fond. J’aimais chercher la petite bête, poser les questions qui dérangent et c’est une des raisons pour lesquelles on m’envoyait au bûcher quand il y avait de l’homme politique à interroger.
Mais cette fois, j’avais du être discrète, pour suivre ce réseau, en découvrir certains secrets. J’avais réussi à avoir des sources, fiables et mon dossier épaississait à vu d’œil. J’avais de quoi attirer de gros ennuis à ces trafiquants si ce que j’avais tombait entre les mains de la justice. Mais j’avais un certain code de l’honneur et je savais que ça ne me servirait qu’à réaliser mon reportage. Je n’étais pas une balance, je ne grillais pas mes sources.
Jusque là, donc, tout se déroulait à merveille, ma patience avait payé. Une de mes sources m’avait parlé d’un rendez vous crucial sur un petit aéroport privé dans la banlieue et je m’étais préparée pour m’infiltrer sur les lieux. Ça me faisait peur, mais pour une info, j’étais prête à faire beaucoup. C’est donc un peu en mode espionne que je m’étais rendue sur les lieux.
J’avais repéré une cachette l’avant-veille, un endroit idéal pour voir sans être vu, prendre des photos et observer dans la plus grande discrétion. J’avais réussi à me faufiler, ni vu ni connu, m’était fait une petite frayeur au passage d’un vigile et avais manqué de prendre une crampe en attendant que le rendez-vous ai lieu. Il y a juste une chose que je n’avais pas prévu.

Deux types avaient débarqué dans mon dos. Je n’avais pas eu le temps de réagir que je sentais chacun d’eux saisir l’un de mes bras pour m’entraîner malgré moi. Si je voulais assister à la rencontre, j’étais servie, je me retrouvais en présence des trafiquants. « On m’a dit que tu fouinais un peu trop… » L’homme au physique menaçant s’était approché alors que ses sbires me maintenait. Personne ne me savait ici, et je craignais pour ma vie. Il se mettait à me fouiller sans gâcher son plaisir et j’esquissais une grimace de dégoût même si je ne voulais pas craquer devant lui. Il parvenait à trouver mon portefeuille et en sortait ma carte de presse. « Une journaliste… C’est déjà mieux qu’un flic… mais je n’aime pas les petites curieuses… » J’encaissais un coup qui m’aurait fait me plier en deux si les molosses n’étaient pas en train de me maintenir debout. Leur emprise me broyait les bras alors que la douleur dans mon vendre me coupait le souffle.

Je relevais la tête dans une grimace de douleur alors qu’un véhicule s’approchait. J’en voyais descendre 3 autres hommes, visiblement en retard et en reconnaissant l’un d’eux, je me décomposais. Declan Price… Sa femme était dans le coma et je lui rendais visite. Je l’avais croisé une ou deux fois, nous avions déjà parlé un peu. Je ne me serai jamais attendue à le voir ici, même si j’osais espérer que cela puisse jouer en ma faveur. Pourtant, je décidais de rester muette, pour ne pas lui amener d’ennuis. Si jamais ses « amis » découvraient qu’on se connaissait, ils pourraient le soupçonner de m’avoir renseigné, et cette fois nous serions deux aux portes de la mort.  « Messieurs, vous arrivez au bon moment… Nous avons une charmante visite… » L’homme me jetais un regard de prédateur auquel je répondais par un regard noir. « Dommage qu’elle s’annonce de courte durée… » Et j’entendais la lame d’un couteau rétractable sortir. Entre nous, j’avais pas vraiment envie de sentir le contact du métal sur ma peau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Re: Save my life, won't you help me [Declan] Lun 4 Juil - 22:53

Save my life, won't you help me
Swann and Declan ••• Je ne savais pas encore comment j’avais réussi à faire échanger mon service de ce soir, mais celle qui m’avait remplacé me rendais grandement service, parce que j’allais pouvoir me rendre sur les lieux de mon boulot officieux. Celui qui allait me rapporter bien plus en une soirée qu’une semaine de service au bar où je travaillais officiellement, il n’y avait pas photo pour moi dans le choix à faire. Je me retrouvais dans la voiture, accompagné de deux autres personnes, celle avec qui généralement je faisais équipe, enfin si on pouvait appeler cela une équipe. Ce soir avait lieu une vente illégal d’armes à feux, des armes qui se trouvait dans le même coffre que le véhicule où j’étais. Le transfert allait se passer dans un aéroport de la ville, dans le quartier de South Side, un quartier où j’y mettais les pieds bien souvent pour de très mauvaises raisons, mais ce n’était pas pour autant que j’arrêtais. En arrivant sur place, je prenais dans ma main le pistolet qui se trouvait dans la boite à gant, le plaçant dans mon dos, une partie dans mon pantalon, avant de le recouvrir totalement de la veste de costume que je portais sur moi. Une fois ce geste effectué par les deux autres dont j’ignorais leurs noms, comme ils ne connaissaient pas le mien, je sortais de la voiture, récupérant dans le coffre une partie de la marchandise, la seconde prise par un autre.

L’heure de la rencontre avait sonné et notre « rendez-vous » était arrivé, tout comme ses gardes du corps, rien d’inhabituelle en soit, sauf que voilà, mon regard se posait sur la jeune femme qui était avec eux et qui ne semblait pas prévu au planning, Swann était ici. Qu’est-ce qu’elle avait comme raison pour être dans cet aéroport ? Je sentais mon cœur s’emballer, son métier je le connaissais et je pouvais me douter de ses raisons, si quelqu’un apprenait que l’on se connaissait, on était vraiment dans une merde incroyable. Me salir les mains dans ces affaires illégales me faisait du bien, j’en avais besoin et cela me permettait de me sentir encore vivant, de ne plus penser à tout ce qu’il se passe dans ma vie depuis deux ans. « Qu’est-ce qu’elle fait ici ? La fille n’était pas prévue dans le deal. » Mon regard naviguait de Swann, au deux hommes qui la tenaient et pour terminer à l’homme avec qui on devait vendre les armes. D’ailleurs je déposais le sac que je tenais dans ma main au sol, assistant à cette scène, comme aux paroles de monsieur x, son objectif était simple, se débarrasser de l’intruse du soir. Je pliais mes doigts nerveusement, alors que j’essayais de rester le plus neutre possible, ce n’était pas une mince affaire, mais c’était suffisant pour que personne n’est la pensée que l’on se connaisse elle et moi. « Je m’occupe de la fille, si vous êtes ici c’est pour parler affaire avec nous. Pour tout intrus dans ce deal, c'est mon affaire. » Je m’avançais vers les trois hommes, déposant ma main sur le bras de Swann, croisant le regard des deux gardes du corps, un regard qui suffisait pour les faire lâcher prise sur elle. Voilà une situation que je détestais au plus haut point, j’avais toujours pu l’éviter, mais aujourd’hui je n’avais plus vraiment le choix. Je sortais l’arme que j’avais dans mon dos afin de la pointer en direction de la jeune femme, sérieusement, aurais-je eu une crédibilité sans agir ainsi ?

Je traversais avec Swann l’aéroport, nous retrouvant dehors, avant de la suivre jusqu’à sa voiture, dans laquelle je montais sur le côté passager, une fois la portière fermait derrière moi, enfin tous les deux sans personne pour nous entendre, je baissais le pistolet que je tenais, tournant mon regard vers elle. « Qu’est-ce qui ta pris de venir ici ce soir ? » Probablement la peur que j’avais eu tout à l’heure, mais je sortais les mots comme ils venaient, laissant retomber l’adrénaline, pas forcément sur un ton des plus tendre. « Tu te rends compte du risque que tu as pris et des conséquences que ça aurait pu avoir Swann ? » Je soufflais un bon coup secouant la tête légèrement avant de la laisser tomber sur l’appui tête, fermant les yeux une courte seconde, dans le fond, sa présence ici j’en connaissais les raisons vu son métier. Mais elle aurait pu réellement mal s’en sortir ce soir si le deal n’avait pas eu lieu avec ma présence ou encore on aurait pu ne pas s’en sortir tous les deux si quelqu’un avait su que l’on se connaissait. Je pensais tellement à ces deux possibilités, à toute cette histoire, laissant retomber la pression, que j’en oubliais sur le moment qu’elle venait de découvrir une partie de moi, de ma vie que je cachais à tout le monde.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Save my life, won't you help me [Declan] Mer 13 Juil - 14:36

Il était bon acteur. Assez pour brouiller les pistes et parler de moi comme s’il ne m’avait jamais vu. Au bruit qu’avait fait le sac en tombant sur le sol, je comprenais qu’il y avait dedans une partie des armes qui allaient s’échanger ce soir. Comment pouvais-je m’en sortir ? Pour être honnête, même la présence de Declan ne me paraissait plus d’un grand secours. Je réalisais que j’étais devenu un vrai problème et que me laisser partir serait de la folie pour ces hommes. Malgré tout, je tentais de garder mon sang froid. Ne pas paniquer. Ça ne servirait à rien d’autre que de précipiter les choses.

Declan se proposait de s’occuper de mon cas. Je ressentais un certain soulagement même si son regard, sur le coup, me faisait douter. Et si l’homme que je croyais un peu connaître n’avait rien à voir avec celui de l’hôpital ? Et s’il était vraiment capable de ce débarrasser du problème que je représentais ? Je sentais sa main agrippant mon bras et il m’entrainait avec lui non sans me menacer de son arme. Une lueur d’angoisse traversa mon regard et je tentais de me débattre pour lui faire lâcher mon bras. En vain. Au moins je donnais l’impression de me rebeller plutôt que de suivre gentiment un type qui allait me tuer.

Je manquais de trébucher une ou deux fois alors qu’il m’entrainait avec lui. Je n’osais rien dire le temps de notre trajet. Si jamais l’un des autres types nous avait suivi, mieux valait rester discret. Et puis pour être honnête, je n’étais pas encore certaine que Declan allait me sauver la vie. Peut être qu’il appuierait sur la détente si c’était sa vie ou la mienne en danger. On se connaissait sans se connaître après tout. Sauf qu’il nous faisait quitter le tarmac et qu’il me lâchait le bras, m’invitant à le conduire jusqu’à ma voiture. Je pressais le pas, courant presque, avant de me glisser au volant. Il rangeait son arme après s’être installé et alors que je tentais de me calmer, tête calée contre le siège et mains sur le volant, il commençait à m’engueuler.

Je détournais les yeux du pare-brise pour tourner la tête vers lui en fronçant les sourcils. Oui oui, il était bien en train de m’engueuler ! C’était l’hôpital qui se foutait de la charité. Je le laissais continuer avant de regarder autour de moi comme si je cherchais les caméras qui devaient filmer la scène qui se révélait être un gag. « C’est une blague ? » Je lui tapais l’épaule avec force « Tu te fous de ma gueule ? » Désolée pour le langage, mais j’avais eu vraiment la peur de ma vie et maintenant j’étais en colère contre lui. « C’est moi qui prend des risques ? Qu’est-ce que tu fous avec ces mecs ? Tu réalises ce que tu fabriques ? T’es pas comme eux ! Ou alors je me suis trompée sur toi ! Mais tu n’es pas comme ces types sans pitié !?! » J’étais incapable de m’arrêter de le pourrir « Depuis quand tu fais ça hein ? Et à quoi ça te sert bon sang ? Tu penses que ta femme serait heureuse de te voir mener ce genre d’activité ? » Ooh oui… J’osais mêler sa femme à ce qui venait de se passer. Il était complètement inconscient. Plus que moi encore. « Tu veux la rejoindre c’est ça ? Tu sais comment ça fonctionne dans ce milieu ! » Et je tambourinais son épaule à nouveau. « Mais depuis quand tu déconnes à ce point là Declan ? Qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez toi ? » J’avais eu peur. Pour lui et pour moi. Et maintenant que je venais de décharger ma colère et mon angoisse, je sentais un grand vide au fond de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Re: Save my life, won't you help me [Declan] Lun 25 Juil - 20:08

Save my life, won't you help me
Swann and Declan ••• La tête contre l’appui-tête et les yeux fermaient, je n’avais absolument pas sentis venir, ni même vu venir le coup que me donnait Swann sur mon épaule en même temps qu’elle reprenait la parole, un ton qui était énervé, en colère et sans doute qui permettait de relâcher toute la pression. Je tournais mon regard vers la jeune femme, déposant mon regard sur elle, alors qu’elle ne s’arrêtait plus de parler, comme si sa vie en dépendait encore maintenant de me dire le fond de sa pensée, une pensée qui n’était pas rose pour moi et qui me faisait réaliser, qu’une personne de mon entourage savait ce que je faisais. Et voilà désormais ce que je voulais éviter comme conversation, c’était tous les propos qu’était en train de me sortir Swann, elle les avait absolument tous fait, sans en oublier un seul. Je me contentais de rester là, à la regarder gardant le silence, comme pour lui permettre de dire ce qu’elle avait sur le cœur, après tout, j’avais eu besoin de laisser la pression sortir, elle devait en avoir besoin elle aussi, après ça irait sans doute mieux pour elle. Mon monde et celui des mecs avec qui je trainais dans ce genre d’affaire n’était pas du tout le monde, on était différent, mais pourtant c’était bien avec eux que je faisais affaire ou encore que je faisais équipe, il suffisait d’une personne qui dirigeait le réseau et tout le monde suivait le mouvement, c’était aussi simple que cela.

J’aurais pu ne rien dire, la laisser s’exprimer parce qu’elle en avait besoin, mais Swann avait évoqué un sujet que je ne voulais pas entendre, surtout pas dans ce genre de moment : Celui de ma femme. Plus d’une fois je m’étais demandé comment elle réagirait de savoir ce que je faisais, plus d’une fois j’avais eu envie d’arrêter pour elle, mais jamais je ne l’avais fait. J’avais bien du mal à encaisser qu’elle aborde le sujet de Maxyn, de ma femme et mon regard ne se décrochait pas d’elle alors qu’à nouveau ses mains s’abattaient sur mon épaule, laissant sortir toute sa colère par les coups qu’elle me donnait. « Arrêtes ! … » Ce n’était peine perdu puisque la journaliste continuait dans son mouvement, m’adressant de nouvelles questions qui avait un sens de reproche, des reproches que je ne voulais pas entendre ou que je n’étais pas encore prêt à entendre. « STOP SWANN ! » Ma colère était sortie d’un seul coup pour essayer de l’arrêter, qu’elle cesse de parler, de me poser tout un tas de question, mais surtout de me tambouriner l’épaule, parce qu’une femme en colère pouvait avoir beaucoup de force et là tout de suite, je le sentais très bien.

J’apportais ma main à mon épaule, la massant de mes doigts, alors que je tournais mon regard en face de moi, gardant le silence, ne répondant rien, qu’est-ce que je pouvais bien lui dire ? Reprenant mon inspiration, je laissais l’air sortir par un long soupir, avant de me décider de remettre mon regard sur Swann. « Tu te rends compte de ce que tu me demandes ? Il ne se passe pas un moment où je ne pense pas à ma femme, sans que je réalise un peu plus chaque jour que quand je rentre chez nous, elle n’y est pas et qu’elle n’arrivera pas. » Se retrouver dans l’incertitude, c’était difficile, ne pas savoir était pire et pourtant, je n’étais pas capable de prendre la décision de la débrancher, je continuais de me persuader qu’elle pouvait s’en sortir, que je pourrais retrouver la femme que j’aime. « Tu peux me reprocher tout ce que tu veux, mais pas ça, surtout pas ça ! Alors oui… Je sais les risques que je prends et comment fonctionne ce milieu, mais je n’ai pas trouvé de meilleures solutions pour pouvoir payer le loyer et les frais d’hôpitaux. » Puis il y avait aussi que de me retrouver dans ce genre d’affaire me permettait de me sentir vivant, le stress, l’adrénaline était intéressante, depuis que Maxyn était tombée dans le coma, j’avais cette sensation de l’avoir suivi, de me retrouver exactement dans le même état, au moins, lors de ces activités illégales, je pouvais me sentir vivant quelques heures.
© 2981 12289 0

_________________

i'm no superman



Très souvent, au cours de notre existence, nous voyons nos rêves déçus et nos désirs frustrés, mais il faut continuer à rêver, sinon notre âme meurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Save my life, won't you help me [Declan] Dim 14 Aoû - 21:49


Je ne m’étais même pas rendu compte que je tambourinais contre son épaule. C’est seulement au moment où il haussait le ton que je me calmais, sursautant par la même occasion. J’avais arrêté de parler et j’avais fini par détourner le regard pour observer droit devant moi. Ma tête contre l’appuie-tête je sentais le reste de mon corps trembler encore de choc et de peur. Deux têtes de mules assises l’une à côté de l’autre dans cette voiture, voilà ce qu’on était à cet instant précis.

Il finissait par reprendre la parole et alors qu’il commençait à parler, je tournais la tête vers lui. Mon visage était plutôt fermé, ne comprenant pas ce qu’il faisait là, pourquoi il prenait autant de risque. Je ne le connaissais pas si bien et je n’étais personne pour le juger mais j’étais tout de même déçue.  « Oui je me rend compte de ce que je suis en train de te dire. Pour te faire réagir, pour t’ouvrir les yeux ! » Parce qu’il avait du définitivement se perdre pour faire des trucs comme ce genre de trafique. Il reprenait et bien sur que je n’avais pas le droit de lui parler de sa femme comme ça et pourtant… Quand il m’opposait les frais d’hôpitaux et autres factures je levais les yeux en l’air. « On a toujours le choix. T’aurais pu demander de l’aide, à moi, à n’importe qui. On aurait trouvé une solution… Mais t’es pas obligé de faire des trucs illégaux, de mettre ta vie en danger… Declan, t'es pas tout seul! » Ma voix s’était calmé, mon ton avait été plus apaisé. J’étais redevenue la Swann de l’hôpital, à l’écoute et pleine de bonne volonté. « Tu peux pas continuer comme ça… Tu le sais, non ? »

Et au moment où je terminais ma phrase, j’entendais des sirènes de police. Pas une seule isolée, partant en mission et roulant au loin. Non, c’était un concert de sirènes et de notre point de vue, on voyait tout un tas de voiture débarquer sur le tarmac, à toute vitesses, sirènes hurlante et gyrophare plus brillants que jamais. Des tirs se joignaient à ce bruit intempestif et je lançais un regard effrayé à Declan. On avait eu chaud. On aurait pu se retrouver au milieu de l’échange de tir, et lui aurait pu se faire arrêter. « On devrait s’en aller… » On était assez en retrait, on pouvait essayer de s’éclipser sans se faire repérer. Pourtant je restais immobile à fixer le hangar où on était un peu plus tôt. « On aurait pu y rester. » c’était déjà le cas sans l’intervention de la police, mais avec l’arrivée des forces de l’ordre, nos têtes auraient vraiment pu sauter. J’étais incapable de faire la moindre geste pourtant, pétrifiée. J’étais cramponnée au volant sans être capable de réagir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Re: Save my life, won't you help me [Declan] Mar 8 Nov - 19:02


Save my life, won't you help me
Swann & Declan

Cette soirée était en train de se dérouler dans l’imprévu, cela avait commencé par la présence de Swann dans cet aéroport et maintenant ça continuait dans sa voiture. Le regard baissait vers ma main que je serrais et desserrais au fur et à mesure de cette conversation, ce n’était jamais facile d’entendre parler de ma femme, encore moins lorsque l’on me demandait si je pensais à ce qu’elle pourrait dire ou non à ce sujet, à mes petites affaires pas si légales. Peut-être qu’à sa place j’aurais utilisé les mêmes méthodes pour convaincre la personne de ses conneries, mais dans l’immédiat je n’étais pas capable de réfléchir, pas capable de peser le pour et le contre puisque malgré la frayeur de la voir ici ce soir et cette pensée que l’on allait mourir, au final les risques que je prenais dans ces affaires me permettaient de me sentir vivant, de sortir de cette spirale dans laquelle j’étais depuis deux ans. Je ne savais pas trop si le fait que Swann est conscience du sujet qu’elle utilisait pour me faire prendre conscience était une bonne chose, à la limite j’aurais préféré qu’elle ne s’en rende pas compte, que ce ne soit pas volontaire de sa part. Mes seules explications, celle que je voulais bien lui dire c’était de mettre en avant le manque d’argent du seul salaire que je pouvais avoir comme barman, de ce petit plus qui me permettait de couvrir les frais d’hôpitaux. Une excuse sans doute un peu trop facile et petite à trouver, mais je n’avais pas envie de lui en donner d’autre, cela au final ne regardait que moi, même si elle s’était retrouvé impliqué dans cette histoire ce soir. L’envie de lui répondre, de lui faire comprendre que malgré mon entourage, dans le fond j’étais tout seul dans cette histoire, que lorsque je rentrais à la maison, je devais encore vivre avec les souvenirs de ma femme dans ce logement, continuer d’attendre sans pouvoir rien y faire. Oui je pouvais très bien demander de l’aide à mon entourage, s’il y a un peu plus de deux ans je n’aurais pas hésité à trouver des solutions avec ma famille, mes amis, désormais je n’étais plus cet homme, au final ce qu’il se passait dans ma vie personne ne le savait, d’ailleurs la seule au courant de ces petites affaires, c’est Swann.

J’aurais pu lui dire que je le savais ou encore même que je n’avais pas envie de me convaincre de ce qu’elle me disait, mais je ne l’avais pas fait, je n’en avais même pas eu le temps, bien trop rapidement coupait par le bruit des sirènes des voitures de police arrivant à l’aéroport. Les gyrophares laissaient un peu de place au bruit des tirs qui étaient échangés avec les hommes présents sur le tarmac de l’aéroport, là où je me trouvais il n’y a pas si longtemps que cela, d’ailleurs j’avais tourné mon regard dans la direction de mouvement qu’il y avait dans un endroit pourtant bien désert à cette heure-ci habituellement. C’était les paroles, les mots de Swann qui me sortait de mes pensées, remettant mon regard sur elle, j’hochais la tête pour lui faire comprendre que j’étais bien d’accords avec elle, le mieux pour tous les deux, bien que principalement pour moi, c’était de ne plus nous retrouver ici. Ses mains sur le volant, elle reprenait la parole une nouvelle fois, comme réalisant ce qui était en train de se passer alors que Swann semblait comme pétrifiait sur place, impossible de faire le moindre mouvement pour permettre de démarrer la voiture, de quitter l’aéroport et aller aussi loin que possible d’ici. Je me redressais légèrement sur le siège, apportant ma main à l’épaule de la jeune femme, comme pour tenter de la faire revenir sur terre, réagir et enfin être capable de bouger. « Swann… Swann écoutes moi, je sais qu’on aurait pu y rester tous les deux ce soir, mais on est vivant... » Avec le recul, je me demandais encore comment on avait réussi à quitter le lieu de la vente sans être démasqué, sans que personne ne comprenne que l’on se connaissait, surtout quand je demandais à m’occuper de la jeune femme alors que ce n’était jamais ma partie. « Tu as très bien réagi tout à l’heure quand on était devant ces hommes, Swann, je sais ce que tu penses de toute cette histoire, mais tu es la seule personne qui puisse m’aider à échapper à la police. » J’espérais que mes paroles allaient marcher, que la jeune femme allait redevenir maitre de ses gestes et démarrer la voiture pour quitter les lieux, nous rendre ailleurs où elle le souhaitait, un endroit où elle pourrait m’engueuler si elle le souhaitait, mais là tout de suite, la meilleure idée était de partir d’ici.

© HELLOPAINFUL



_________________

i'm no superman



Très souvent, au cours de notre existence, nous voyons nos rêves déçus et nos désirs frustrés, mais il faut continuer à rêver, sinon notre âme meurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Save my life, won't you help me [Declan]

Revenir en haut Aller en bas
Save my life, won't you help me [Declan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Savy + Let me be the one to lift your heart up and save your life I don't think you even realize baby you'd be saving mine
» HOW TO SAVE A LIFE | Callum & Arya
» what would you pair with london life
» ÉCLOSION DE FLEURS..LIFE OF FLOWERS SUBLÎME
» Plus Belle la Life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Challenge Of Chicago :: Chicago City :: South Side-
Sauter vers: