Partagez|

[Declan] Juste une belle soirée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 28/06/2016
Crédit © : Cranberry
Avatar : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: [Declan] Juste une belle soirée Jeu 21 Juil - 18:49


Juste une belle soirée!

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Declan & Jaimie

J’avais passé une rude journée à jongler dans les rapports que je devais remplir et les endroits où je devais me trouver avec les Mafioso de mes deux. Ce que je devais rapporter était parfois dégoutant, je ne pouvais bien sûr pas intervenir, cela me ferait tomber ma couverture. Nous étions loin des résultats que nous espérions, mais l’opération avançait. J’avais coincé deux gros caids la semaine dernière qui était derrière les barreaux à présent. Il y avait plusieurs personnes que leur tête était mise à prix, certains d’entre eux était sous la protection des témoins de la police de chicago et on leur avait donné de nouvelles identités pour qu’ils puissent refaire leur vie ailleurs. C’était la partie la plus malheureuse de mon job. Me faire menacer d’une arme ou me faire frapper ça allait, mais quand un enfant et sa famille devait quitter la ville parce qu’on voulait la tête du mari… et sachant que je ne pouvais pas faire plus pour aider, ça me mettait les nerfs en boule.

Ceci dit, en soirée, si je n’avais pas d’appel à l’improviste, je pouvais profiter amplement d’un moment entre amis. Et cet ami ne serait nul autre que Declan. Pour l’occasion, je m’étais un peu bouclés les cheveux, j’aimais bien être jolie, mais j’avais bien peur d’en faire un peu trop pour un ami justement. Enfin, j’optai tout de même pour mes cheveux lousses et bouclé, mais je mis un jean évasé avec un chemisier bleu royal avec une fermeture éclaire doré au milieu pour laisser paraître mon cou et ma poitrine discrètement. Cette description a l’air un peu provocante, mais j’aimais tout simplement ce haut. Je rangeai un peu la maison, même si tout était quand même assez propre. Je me fis livrer du chinois pour mon souper puisque Declan arrivait en soirée. Et donc, tranquillement, je mangeai mon repas devant la télé avec une émission bidon qui me faisait beaucoup rigoler. J’aimais bien la variété télévisuelle que nous offrait le diffuseur sur lequel j’étais abonnée. Ce que je détestais c’était les émissions de télé-réalité, où allait nos taxes alors? Enfin, lorsque j’eus terminé mon repas, du riz bien normal, je jeté le contenant de carton et me réinstalla au salon en attendant Declan, qui je crois, n’allait pas tarder.


Dernière édition par Jaimie B. Reed le Mar 16 Aoû - 17:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Re: [Declan] Juste une belle soirée Mar 26 Juil - 19:38

Voilà une soirée qui ne se déroulait pas une seule seconde comme c’était prévu, j’avais dû se soir me rendre dans un aéroport, ce soir avait lieu une vente pour la personne pour qui je travaillais, enfin pour qui je travaillais, un emploi que personne ne connaissait… Personne sauf Swann. La jeune femme l’a découvert il y a quelques heures à peine, lorsqu’elle a eu la bonne idée de se rendre sur le lieu de la vente, sa planque était tellement bien trouvée qu’elle avait fini par se faire repérer. Elle avait appris de façon totalement catastrophique ma présence dans ce trafic, je ne savais pas encore comment j’avais réussi à convaincre ses hommes de m’occuper de « cette intrus », de régler le problème alors que ce n’était généralement pas mon rôle. Mais c’était fait et Swann comme moi étions en vie, comment je ne le savais pas encore. Le pire dans tout cela, c’était qu’au final sa présence a fini par me sauver la mise, le fait que je quitte le lieu de vente pour m’éloigner de cette scène avec elle, j’avais fini par échapper à la police, les forces de l’ordre avaient fait le ménage en repartant avec trois hommes, la moitié des armes qui faisaient partis du marché, l’autre moitié et l’argent lui était partis avec les deux autres qui avaient pris la fuite.

Je me trouvais dans ma voiture, le contact coupait, ma main sur mon visage, le regard perdu dans le vide repensant à tout ce qu’il venait de se passer, à tout ce que Swann avait pu me dire, ce que je lui avais répondu. Oui je pensais à ma femme tous les jours, à chaque moment, pourtant il y avait un instant dans mes journées où j’arrivais à mettre ma souffrance, ma peine de côté, c’était en passant du temps avec Jaimie, c’était d’ailleurs chez elle que je me trouvais. Je n’avais pas envie, pas maintenant de me demander si c’était une bonne idée ou non, puis de toute façon je n’y arrivais pas, pas lorsque cette femme était concernée, si seulement j’étais capable de comprendre pourquoi, les choses seraient bien plus simples. Prenant profondément ma respiration, je prenais mes clés entre mes doigts, quittant mon véhicule que je fermais derrière moi, avançant droit vers la porte d’entrée de chez la jeune femme, sur laquelle je frappais quelques légers coups pour m’annoncer, plutôt lui prévenir la présence de quelqu’un. Il était temps pour moi de me reprendre, de ne plus penser à toute cette soirée, il n’y avait pas meilleur endroit où je pouvais venir me changer les idées, il n’y avait pas meilleur endroit où j’avais envie de me trouver. Passant une nouvelle fois ma main sur ma joue, frottant le peu de barbe que j’avais, je voyais la porte s’ouvrir devant moi, laissant rapidement apparaitre celle que j’étais venu voir. « Hey… Tu vas bien ? » Un sourire se présentait sur mon visage, ça faisait un bien fou de voir quelqu’un qui n’était pas au courant de mes activités illégales, qui allait pouvoir me permettre d’oublier cette soirée au scénario improvisé de bout en bout, j’espérais juste que le programme du reste de la soirée ne serait pas aussi hasardeux. « Je suis désolé, je suis en retard… J’ai été retarder, mais je suis là » Ce n’était pas le moment de rentrer dans les détails, je ne le voulais pas, puis comme on le disait si bien, mieux vaut tard que jamais, puis je n’étais pas non plus en retard de plusieurs heures, juste de quelques longues minutes.
Jaimie & Declan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 28/06/2016
Crédit © : Cranberry
Avatar : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Re: [Declan] Juste une belle soirée Mar 16 Aoû - 19:59


Juste une belle soirée!

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Declan & Jaimie

J'étais assise sagement sur le canapé quand des coups se firent entendre sur ma porte. C'était Declan. Je sentais mon cœur battre à tout rompre. Ce n'était pas bien, ce n'était qu'un ami... Mais je sentais mon visage s'illuminer tout à coup. Je roulai des yeux en me disant : « Jaimie, c'est ridicule, tu te calmes! » J'allai ouvrir en affichant mon plus beau sourire. La porte s'ouvrit sur un beau grand homme, cheveux et yeux bruns, d'une belle musculature. Il pouvait bien être marié ce type, non seulement il était gentil, mais il était sexy. Je lui souriai et lui répondit ceci lorsqu'il me demanda si j'allais bien : « Oui, je vais bien et toi? » Nous restâmes quelques minutes sur le seuil de la porte avant de me réveiller pour l'inviter à l'intérieur de mon logement. Je connaissais Declan depuis longtemps et je le connaissais même du bout des doigts. Je sentais qu'il avait probablement passé une sale journée. Il s'excusa même du retard, alors que l'on ne s'était pas vraiment dit d'heure pour se voir. Je lui souriai pour lui signifier de ne pas s'en faire. Au moins il était là. Nous passâmes alors au salon. Mon émission bidon était terminée, rien de bon jouait à la télé et de toute manière j'avais un invité. Je fermai aussitôt avec la télécommande pour lui proposer de s'assoir alors que j'allais chercher quelque chose à boire. Je passai quelques minutes à la cuisine, car je voulais également préparer quelques bouchées pour la soirée. Je préparai un bouteille de vin blanc en attendant les hors d'oeuvre au four. Si mes bouchées sortaient de là réussies, c'était un exploit à inscrire au calendrier. Mais pourtant, ce n'est pas ce qui s'est passé. Quelques minutes de trop ont suffit pour faire brûlée le tout, pourtant j'étais là devant le four à attendre que le tout soit préparé. Je pris la plaque entre deux mitaines de four pour finalement aller retrouver Declan. « Désolée, j'avais prévu que l'on mange quelques bouchées et tout a brulée... » Je souriai découragée, mais il le savait bien... J'étais nulle en cuisine, je ne sais pas pourquoi je m'acharnais autant. J'étais sans doute motivée à pouvoir réussir au moins une fois à cuisiner un repas dans ma vie. Je retournai à la cuisine pour jeter la nourriture à la poubelle et revint avec deux coupes de vin blanc. Je lui en tendit une et m'assoyai auprès de lui.

En prenant une gorgée, je constatai que le vin n'était pas vraiment fameux non plus, mais comme il annonçait une belle soirée pour moi, je n'en fis pas trop de cas. On avait l'habitude avec Declan d'avoir de longues discussions sur pleins de sujets. N'empêche qu'en ce moment, il y avait un peu de silence, mais je ne lui en voulais pas du tout. Je savais qu'il ne vivait pas quelque chose de facile ces derniers temps et tout ce que je voulais c'était qu'il soit bien au moins à un endroit. Et s'il avait choisit de me voir ce soir, je me devais en tant qu'amie, de lui faire un peu oublier ces soucis. La question qui me préoccupait le plus était de savoir l'état de santé de son épouse qui, aux dernières nouvelles, était toujours dans le coma. Je lui avais envoyé quelques messages textes ces derniers jours pour l'encourager et lui dire que tout irait bien et qu'il n'avait pas à s'en faire. Il pouvait compter sur moi peu importe l'heure, la journée ou même le temps qui faisait. J'étais proche de lui et je pouvais sentir tout ce qui se passait de son côté. C'était peut-être trop, mais c'est ce que je sentais. Je me tournai tranquillement devant lui et essayai de prendre des nouvelles de sa femme et par la même occasion, de lui. "Alors, dis-moi, des nouvelles de Maxyn? Comment elle va?!", dis-je amicalement. C'était important pour moi, il avait été si dévasté depuis l'hospitalisation de sa femme que je me devais de faire quelque chose pour lui.


Dernière édition par Jaimie B. Reed le Sam 26 Nov - 2:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Re: [Declan] Juste une belle soirée Mar 8 Nov - 14:47


Juste une belle soirée
Jaimie & Declan

Il était temps de mettre derrière moi cette soirée, de penser à d’autre chose, me concentrer sur la présence de Jaimie avec moi ce soir au lieu de retourner en boucle le déroulement de cette soirée dans ma tête. J’avais maudit Swann de s’être présentait à l’aéroport, elle m’avait fait une belle frayeur, me laissant penser qu’elle allait perdre la vie en même temps que la mienne. Mais les choses avaient été quelques peu différentes et au final grâce à sa présence, j’avais eu cette chance de me trouver ailleurs lors de l’arrivée de la police, en soit un parfait sauvetage pour moi. Je n’étais pas prêt d’arrêter mes activités illégales, mais je devais bien avouer que ce soir pour la première fois, j’avais connu ma plus grosse frayeur, un moment qui aurait dû me remettre les idées en place, mais ce n’était pas le cas, flirter avec le danger me permettait de me sentir vivant. Alors que lorsque je me retrouvais dans la chambre d’hôpital de ma femme, j’avais cette sensation que ma vie était à l’arrêt, que rien n’allait s’arranger et que je continuerais de garder cette sensation de voir ma vie défiler sans pouvoir rien y faire.

De voir Jaimie apparaitre dans l’encadrement de la porte me faisait du bien et je ne pouvais que le montrer par le sourire qui se présentait sur mon visage, elle était l’une des personnes avec qui je pouvais retrouver des moments agréables dans cette dure réalité qu’est ma vie depuis deux ans. Je savais très bien qu’il y avait une part de moi qui n’était pas honnête avec les promesses que j’avais faites à Maxyn le jour de notre mariage, mais je ne pouvais pas expliquer réellement pourquoi, tout ce que je savais, c’était que la femme qui se trouvait devant moi maintenance, elle m’attirait, elle me plaisait et je ne savais pas réellement quoi faire pour nous permettre d’être de simple ami… Mais en même temps, est-ce que j’en avais réellement envie ? « Ca va, c’était une rude soirée, mais je suis content d’être avec toi maintenant. » Je ne devrais sans doute pas lui dire ceci, mais ça avait été plus fort que moi, je ne faisais en réalité lui dire la vérité, celle que je pouvais ressentir en ce moment. Puis sincèrement, si je n’étais pas venu la rejoindre ici chez elle, je savais très bien que je serais rentré chez moi et je me serais retrouvais au final tout seul dans cet appartement que j’avais partagé que quelques mois avec ma femme avant son accident. A laisser la télévision allumait en fond sonore, alors que tout autour de moi finirait par me rappeler nos souvenirs, cette vie que j’avais eu pendant huit ans et qu’à peine la date de nos dix ans ensemble passaient, tout avait changé. Même si je croyais en ma femme, qu’il était hors de question de la débrancher sans lui laisser cette chance de se battre jusqu’au bout pour survivre, une part de moi ne pouvait pas s’empêcher de se demander qu’est-ce qui allait se passer si Maxyn ne survivait pas à cette chute ? Qu’est-ce que je deviendrais ?

Mes pensées je les laissais de côté lorsque Jaimie me proposait de rentrer chez elle, de quitter l’entrée de chez elle afin de nous retrouver rien que tous les deux dans son appartement, bien plus intime et confidentielle que de se retrouver à moitié dans les rues de Chicago ou dans le couloir d’un immeuble de la ville. Présent dans le salon de la jeune femme, je regardais autour de moi pendant qu’elle s’était rendu dans la cuisine, probablement pour s’occuper de nous apporter à boire ou même à manger. Je détournais ma concentration en apportant mes mains l’une dans l’autre, déposant mes deux sur cette alliance que je portais et que je faisais actuellement tourner autour de mon doigt, le regard perdu dessus. J’avais beau vouloir changer de pensée, je ne pouvais pas mettre de côté cette vie que j’avais avec Maxyn, tous ces petits détails qui me rappel chaque jour que notre bonheur est depuis deux ans bien disparu. Puis dans mes pensées, une nouvelle réflexion se faisait, est-ce que j’avais le droit de continuer à voir Jaimie, à continuer du coup d’alimenter cette attirance que j’avais pour elle alors qu’officiellement j’étais toujours un homme marié, un homme prit à une femme dans le coma dont les médecins ne lui donnaient aucune chance de survie ? Je fermais les yeux le temps de secouer ma tête, comme pour chasser toutes ses pensées de mon esprit, retirant mes doigts de cette bague, une façon d’aider à ne plus penser à tout ce qu’il se passait, non ce soir je voulais juste profiter de la présence de Jaimie. D’ailleurs son retour dans le salon avec dans les mains une plaque sur laquelle se trouvait des bouchées qui comme elle le précisait si bien était totalement brûlé. De quoi étirer un large sourire sur mon visage avant de rire à ce que j’étais en train de voir, mais également d’entendre de sa part, il était clair, que depuis le temps que l’on se connaissait, ses talents culinaires je les connaissais et… Elle avait encore quelques progrès à faire, mais au moins grâce à cela, grâce à elle j’arrivais enfin à oublier cette soirée, les quelques remords que j’avais de me trouver ici chez elle. « C’est ce que je vois… D’ailleurs je pense que lorsque l’on se voit on devrait t’interdire la cuisine… Remarques, finalement non, sinon je ne pourrais plus me moquer de toi. » Je ne pouvais pas dire que j’étais un chef étoilé en cuisine, mais avec la vie que j’avais partagé avec Maxyn, j’avais appris quelques recettes, ce n’était peut-être pas du grand chef-d’œuvre, mais au moins je savais que lorsque j’en faisais, je réussissais à ne pas me louper. De retour dans le salon après avoir ramené les bouchées dans la cuisine, je prenais le verre de vin blanc dans ma main, prenant place sur le canapé, bien rapidement rejoint par cette femme avec qui je passe le reste de cette soirée. Si pour le moment la conversation était plutôt calme et commençait tout doucement, je nous connaissais assez bien pour savoir que les choses allaient vite changer et que nos moments de silence, au final il ne nous en resterait presque plus. Le verre à la main, je l’apportais à mes lèvres afin de savourer une première gorgée du vin, ce n’était pas le meilleur que la jeune femme m’avait fait gouté depuis que l’on se connaissait, mais je ne pouvais pas dire non plus qu’il était mauvais, cela aurait été mentir ou l’embêter au choix. Le gout du vin en bouche après cette gorgée, je passais ma langue sur mes lèvres alors que je tournais mon regard vers Jaimie, assises tout juste à côté de moi, me concentrant sur ce qu’elle venait de me demander, sur les nouvelles qu’elle me demandait de Maxyn. « Je dirais que ça va. » Difficile de réellement le savoir lorsque la personne se trouvait allongé dans un lit d’hôpital, dans le coma depuis deux longues années. « Enfin je crois, c’est ce que je préfère me dire pour me convaincre que j’ai pris la meilleure décision en la maintenant en vie. » Je ne pouvais que supposer et je préférais le faire de façon positive, me dire que c’était la meilleure solution, que d’accepter de la débrancher aurait été la plus grosse erreur de ma vie. « Même si du coup les médecins ne comprennent pas vraiment mon « acharnement », je m’accroche à la femme forte que j’ai épousé capable de surmonter n’importe quelle épreuve. » Sans doute stupide de ma part vu ce qu’en pensait les médecines, mais je ne pouvais pas être la personne qui décide de son décès ou non, je ne pouvais pas me permettre de baisser les bras alors qu’elle pouvait sans doute encore se battre pour rester en vie, se réveiller un jour de son coma. Puis une part de moi avait envie de croire, que si au moins une personne croyait en elle, si une personne passait la voir régulièrement, les choses pourraient s’améliorer, son état de santé devenir bien mieux et pourquoi pas un jour la voir ouvrir les yeux à nouveau. Après tout il paraitrait que lorsque l’on est dans le coma on entend se qu’il se passe autour de nous, sans doute pour cette raison que je continuais de lui parler, même en ayant conscience que je n’aurais aucune réponse de sa part en retour. « Et toi, dis-moi, tu vas bien ? Pas trop dur d’être en infiltration ? » Son métier était sans doute la seule chose qui pouvait me faire un peu peur, une représentante des forces de l’ordre alors qu’en même temps je flirtais avec l’illégalité, ce n’était pas très prudent de ma part, mais je ne pouvais pas non plus contrôler cette envie de la voir, de passer du temps avec elle, ni même contrôler cette attirance que je n’arrivais pas à comprendre.

© HELLOPAINFUL


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 28/06/2016
Crédit © : Cranberry
Avatar : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Re: [Declan] Juste une belle soirée Sam 26 Nov - 6:49


Juste une belle soirée!

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Declan & Jaimie

En lui demandant s’il allait bien, je fus surprise par sa réponse. Il y avait cette sorte d’ambiguité qui reignait entre nous et je ne savais pas vraiment comment gérer tout cela. Habituellement, je suis solidaire envers les autres femmes, surtout celle qui se retrouve sans défense. Pourtant, un quelque chose me disait qu’il se passait une chimie par moment entre moi et Declan que je ne voulais pas arrêter. Je fis simplement mon plus beau sourire et omis de dire quoi que ce soit qui pourrait me faire douter. Je savais qu’il était perturbé de son côté avec tout ce qu’il vivait avec son épouse dans le coma et tout et je ne voulais pas m’emballer, me créer de faux espoirs ou encore ruiner le mariage d’un couple qui était heureux il n’y a pas si longtemps.
 
 
Après ma petite mésaventure avec les bouchées qui avait permis à mon ami de bien se moquer de moi, on enchaîna sur une discussion. La coupe de vin à la main, je l’écoutai me parler de son épouse. Je savais qu’être dans le coma ne pouvait pas trop signifier si la personne allait bien ou pas. Immobile dans le temps, sans trop percevoir quelconque signes du monde, alors que la vie était si jolie et que tant de personnes souffrent de notre absence. Et elle qui y était depuis deux ans maintenant, par moment j’admirais le courage de Declan, tandis que dand d’autres, je tentais tant bien que mal d’essayer de lui faire voir d’autres possibles. Après quelques tentatives faites par le passé, j’avais décidé simplement de l’accompagner dans son lourd moment difficile et de ne pas brusquer les choses. Par conséquent, j’avais compris que c’était son réel besoin que je sois simplement là à ses côtés. « Comme tu dis, ta femme est forte, elle s’en sortira. Tu ne l’as jamais abandonné, vous êtes plus fort que tout. » Je lui fis un sourire attendrissant alors que mes yeux pouvaient dire bien autre chose. Je le savais éperdumment amoureux de cette femme et lorsqu’il m’en parlait je vois tout l’espoir, la tendresse et l’amour qu’il avait pour elle. Il ne pouvait pas vivre sans elle. J’étais particulièrement touchée de le voir dans un état disons pas trop mal vu les circonstances. Je mis doucement une de mes mains sur la sienne et le regardai dans les yeux d’un air détendu, comme si j’avais voulu le prendre dans mes bras. « Il n’y a pas que ta femme qui est courageuse, je te vois au fil du temps et tu ne perds pas espoir malgré tout. C’est tellement difficile de s’imaginer perdre la personne qui nous est le plus cher… Je peux comprendre la décision que tu as choisi de prendre. » Je ne parlais pas vraiment en connaissance de cause, seulement de le voir ainsi me faisait voir à quel point une seule personne pouvait changer tant de chose dans notre vie. Combien de moments heureux restent gravés dans notre mémoire, combien de querelle on peut regretter, combien de mots n’ont jamais pu être dit par orgueil ou parce qu’on prend tout pour acquis.
 
Le sujet dévia rapidement sur mon boulot et du coup, je crus comprendre que nous avions fait le tour du sujet. Je pris une gorgée de vin et roulait un peu des yeux ne sachant pas trop quoi lui répondre. J’étais dans une histoire avec le crime organisé et je pouvais même parfois courir un vrai danger. Je soupirai et baissai le regard avant de répondre à la question qu’il venait de me poser : « Oh tu sais! Moi c’est un peu la routine… Cependant, je t’avoue que par moment, j’ai eu peur pour ma vie, j’ai eu un idiot de patron qui a fahi faire foirer l’affaire… » Je me rappelais qu’il y avait quelques semaines, j’étais dans un sous-sol dégoutant d’un immeuble où une importante transaction devait avoir lieu. Je m’étais présenté comme étant la marchandise prête à être envoyé à l’extérieur du pays comme esclave. Alors que les chefs de la bande me demandait mon âge et de me déshabiller, je soufflais le nom de code au micro que l’on m’avait installer sous mon chemisier. Le fameux code devait faire entrer l’escouade tactique dans l’immeuble avec le S.W.A.T pour procéder à l’arrestation des membres du réseau. Je racontai tout ce récit à Declan : « Et au moment où je donnai le code dans le micro, on m’ordonna de me déshabiller, j’ai mangé une sale gifle, le micro est tombé et je me suis fait démasqué. Ce qui m’a sauvé c’est qu’une des autres victimes avec moi avait détourné leur attention et j’ai pu prendre leur pistolet pour les abattre. Heureusement, l’escouade est arrivé au même moment… Ensuite, j’ai du quitté le pays pour un temps, pour me faire oublier. » Je sentais mon cœur se débattre comme si j’étais encore dans ce fameux sous-sol. Je n’oublierai jamais le regard de la jeune femme, pas très loin de la majorité, qui soulignait tout le vide dans lequel elle baignait. L’avoir sauvé a été ma plus belle réussite dans toute ma carrière. Après il y eut le procès et tout le tralala auquel je ne pouvais pas assister, mais j’eus écho de la sentence salace que les membres avait hérité et j’en étais purement satisfaite. « Mais je t’avoue que par moment, cela devient lourd. Surtout que depuis cette histoire, j’ai l’impression que la confiance s’est rompu avec mes partenaires. J’ai tellement l’impression qu’en quelques secondes tout peut basculer… en un claquement de doigt. Je suis toujours sur le qui-vive, j’ai développé de la méfiance. J’ai trois ou quatre verrous après la porte de l’appartement. C’est ridicule et plus j’y pense, plus je crois que je ne suis pas fait pour ce job. » 


Je pris une gorgée de vin et repris la bouteille pour en verser une seconde fois et fit signe au bel homme devant moi afin de savoir s’il en désirait encore également. En redéposant la bouteille, j’y joignai la coupe sur la table basse du salon et me repositionna sur le canapé. Je m’assoyai en déposant mon coude sur le haut du divan tout accotant ma tête sur ma main. Je scrutai une nouvelle fois ce regard un peu perdu, inhabituel, un peu louche même j’oserais dire. Je sentais qu’il se passait quelque chose. Je ne savais pas trop sur quelle piste j’allais tomber. Nous avions à la fois un pied dans la réalité, notre réalité. Cependant, un autre pied posait dans le vide, le néant, l’imaginaire… Il fallait faire attention ou pas… Nous étions vraiment dur à suivre l’un envers l’autre. Finalement, je baissai les yeux et tentai de regarder un peu ailleurs pour ne pas le lire davantage, lui aux milles et un mystère. Après quelques secondes de silence, j’échappai un petit rire timide avant de reprendre la parole : « Alors, tu n’es pas venue pour m’entendre me plaindre du boulot. Ceci dit, as-tu quelque chose de nouveau à me raconter? Cela fait un petit bout que l’on s’est pas vu, dis-moi tout! » Le ton de ma voix, la douceur avec laquelle sortait mes mots, le sourire déconcertant que je pouvais lui faire témoignait en quelque sorte de l’ambiguité que l’on échangeait ensemble. Inconsciemment, j’espèrais le chambouler autant qu’il me chamboulait à l’intérieur de moi.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Declan] Juste une belle soirée

Revenir en haut Aller en bas
[Declan] Juste une belle soirée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» mardi 20 decembre
» Soirée avec ma soeur, ma moitié × Helena & Brooke
» Le repas du soir = organisation !!!
» elle est belle la montagne
» soirée disco sur la glace...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Challenge Of Chicago :: Chicago City :: North Side-
Sauter vers: