Partagez|

Les fins heureuses existent vraiment ? → Maxyn & Dick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Les fins heureuses existent vraiment ? → Maxyn & Dick Jeu 11 Aoû - 15:02

Aujourd’hui était pour moi une journée de repos, je n’avais pas eu besoin de me rendre au café, après avoir profité de la matinée pour enfin me faire une grasse matinée, récupérant le sommeil en retard que j’avais accumulé depuis quelques temps. J’avais ensuite été donner un coup de main à un ami, enfin, un ami, c’était plutôt une connaissance pour moi, mais depuis presque un an, lorsqu’il avait besoin pour des petits boulots, il m’appelait, j’allais lui rendre service, ce n’était pas forcément toujours tout rose, pour dire même jamais, mais au moins ça me permettait de pouvoir gagner un peu plus d’argent, payer plus facilement le loyer de l’appartement et les frais d’hôpital. En même temps depuis deux ans ma vie était un véritable enfer, je ne voyais pas trop comment est-ce qu’il était possible de faire pire, donc en rajouter un peu plus ou un peu moins, ce n’était pas bien grave à mes yeux. Depuis trois heures j’étais, dans cette chambre, que j’avais vu bien trop souvent à mon goût, sincèrement je m’en serais vraiment bien passé, sauf que malheureusement pour cela il fallait que Maxyn se réveille, qu’elle sorte de son coma, mais mes espoirs ne semblaient pas prêt d’être réalisés.

J’avais pris du temps un peu plus tôt pour me dégourdir les jambes, marcher dans les couloirs de l’hôpital, prendre l’air à l’extérieur, j’avais même été acheter un café au bar le plus proche, celui qui se trouvait à l’hôpital n’était pas le plus appétissant et encore moins celui qui donnait le plus envie. Boisson que j’avais d’ailleurs terminé après être revenu dans la chambre, le gobelet en carton se trouvant dans la poubelle. La chaise avançait à côté du lit, je tenais la main de ma femme dans la mienne, l’approchant à mon visage, fermant les yeux, comme si en ne la voyant plus allongé dans ce lit inconsciente, j’allais retrouver notre vie d’avant, celle où l’on était heureux, où rien ne pouvait venir gagner notre bonheur, pas même une balade à cheval. Mais j’avais beau vouloir imaginer autant de chose que je le voulais, je finissais toujours par revenir à la réalité en ouvrant les yeux, comme à chaque fois, mon cœur se serrer dans ma poitrine, systématiquement. Cette femme, ma femme, je l’avais aimé dès le tout premier regard que l’on avait partagé, dix ans que l’on était ensemble, on aurait dû les fêter, tout sourire, mais il n’en était rien, notre dixième anniversaire, je l’avais passé dans cette chambre, sur cette même chaise, dans la même position à attendre une évolution, que le bruit répétitif de ses machines change de la normal, que ça annonce le réveil de Maxyn. Oui cette soirée je l’avais passé ainsi, comme toutes les autres, comme chaque jour, mais comme à chaque fois, mes attentes étaient restées sans réponses, jamais les choses avaient pris un meilleur chemin, tellement que les médecins parlaient de la débrancher avec l’accord de sa famille et de son mari. Cette solution était tout simplement impossible, jamais je n’accepterais cela, même si c’était peut-être le mieux pour ma femme, il me serait impossible de répondre positivement à une telle proposition.

J’avais reposé sa main sur le lit, assit sur la chaise, mon dos sur le dossier, mon regard était perdu dans le vide, alors que je m’amusais avec deux doigts de ma main droite à faire tourner mon alliance autour de mon annuaire. Je m’étais complètement perdu dans mes pensées, si pendant deux ans ma vie était un véritable enfer, depuis quelque temps, elle avait pris une tournure encore un peu plus étrange, avec l’arrivée de Jaimie dans ma vie. Je ne pouvais pas dire que c’était un coup de foudre entre nous, mais il y avait une très forte attirance, une attirance que je n’arrivais pas à comprendre et tout juste à contrôler, d’ailleurs la seule fois où j’ai vraiment cru que j’allais lâcher prise, je m’étais retrouvé à lui dire la vérité, lui annoncer que j’étais marié et que ma femme avait fait une chute à cheval, que depuis, elle était dans le coma, que j’attendais son réveil, que je continuais de me battre comme je le pouvais pour elle. Oui, j’avais pensé que de lui dire la vérité allait rompre cette situation, casser l’attirance et nous permettre de passer à autre chose, pourquoi pas créer une belle amitié, mais les choses n’avaient pas changé, lorsque Jaimie était dans la même pièce que moi, j’étais content, elle me permettait de me sentir bien, elle était même la seule personne avec qui j’arrivais à vraiment sourire depuis deux ans, c’était pour dire à quel point elle avait eu un impact dans ma vie. A tel point, que je me retrouvais dans cette chambre d’hôpital, à côté de ma femme, en train de penser à elle, à notre rencontre, j’avais cette sensation d’en devenir pathétique et ridicule, de rompre toutes les promesses que j’avais fait à ma femme alors que pourtant j’étais resté l’homme fidèle qu’elle avait toujours connu.
Maxyn & Declan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 118
Âge : 27 Ans
Métier : Interne
J'aime : mon époux ?
Situation amoureuse : Declan il semblerais
Relationship : « Si tu ne prends pas le temps de créer la vie que tu désires, tu seras forcé à passer beaucoup de temps à vivre une vie dont tu ne veux pas.»
Date d'inscription : 08/08/2016
Crédit © : Jerry
Avatar : chloé bennet

MessageSujet: Re: Les fins heureuses existent vraiment ? → Maxyn & Dick Jeu 11 Aoû - 17:03




Les fins heureuses existent vraiment ?
Maxyn & Dick


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forumotion.com/
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Re: Les fins heureuses existent vraiment ? → Maxyn & Dick Mar 16 Aoû - 18:42

Je continuais de faire tourner mon alliance autour de mon doigt avec l’aide de ma main droite, mais mon regard l’avait quitté, j’avais penché ma tête en arrière, trouvant le dossier de la chaise sur laquelle j’étais, fermant presque les yeux, mes pensées toujours autant perdu que ces derniers jours, voire mois. Depuis la chute à cheval de ma femme, mon amour pour elle n’avait pas changé, si ma vie était bien moins belle que ce qu’elle était avant, jamais je n’aurais laissé tomber, aujourd’hui encore j’en étais incapable, mais il y avait eu du changement. Jaimie était entrée dans ma vie, d’une rencontre pourtant tellement banale, rapidement j’avais découvert qu’une forte attirance nous liait et j’avais beau essayer de calmer cette situation, rien ne marchait. J’avais même été jusqu’à avouer toute la vérité de mon mariage et de l’accident de ma femme, sujet que je n’avais abordé avec personne, pas même de ma famille depuis le premier jour de coma de Maxyn. Seulement voilà, cette femme restait pourtant dans mes pensées, comme maintenant, si seulement j’avais une solution qui pouvait m’aider, m’apporter les réponses à mes questions, mais j’avais beau l’espérer, ça n’arrivait pas.

Je m’étais tellement perdu dans mes pensées, que j’avais fini par ne plus faire attention aux bruits que les machines faisaient, tellement l’habitude de les entendre que je ne les entendaient plus, désormais mes yeux étaient complètement clos, si mes doigts avaient arrêté de faire tourner ma bague, ils étaient toujours posé dessus, caressant mon alliance avec mon pouce comme si ça allait m’aider, comme si j’allais savoir quoi faire pour pouvoir tout arranger, pour pouvoir retrouver la vie que l’on avait avant l’accident de Maxyn. Je me moquais de ce qu’il fallait que je fasse, mais si au final on pouvait se retrouver tous les deux, recommencer notre vie comme on l’avait laissé, alors je le ferais sans hésiter. Seulement, il n’y avait rien que je pouvais faire, la seule qui avait notre destin en main c’était ma femme, il n’y avait qu’elle qui pouvait se réveiller, je ne pouvais pas le faire pour elle, c’était aussi une des raisons qui faisait que je ne pouvais pas accepter que les médecins la débranchent, il n’y avait qu’une personne qui était capable de savoir, de répondre à cette question et c’était ma femme, on ne pouvait pas décider pour elle. Je n’aurais pas pu vivre avec ce poids sur mes épaules et sur mon cœur, à m’imaginer tout le temps si je l’avais tué alors qu’elle aurait peut-être pu s’en sortir un jour, même si ce n’était pas l’optimiste qui était de mise du côté médical, Maxyn je la connaissais, je savais qu’elle était forte, que si elle avait décidé de s’en sortir, elle s’en sortirait.

Je m’étais totalement perdu dans mes pensées, mais heureusement pas suffisamment pour ne pas entendre le son des machines s’accélérer, j’ouvrais les yeux d’un seul coup, dirigeant mon regard directement vers ma femme, avec la sensation de me faire une fausse joie. Parce que si les machines n’émettaient plus le même son, Maxyn était toujours dans la même position, son regard je ne le retrouvais toujours pas, je ne savais pas ce qui était le plus dur, qu’elle soit dans le coma depuis deux ans ou cette idée totalement fausse que j’étais en train de me faire de son réveil. « Max… » Je me relevais, quittant cette chaise pour reprendre place près du lit, ma main retrouvait la sienne à nouveau serrant ses doigts dans les miens, oui mon cœur me faisait horriblement mal, je le sentais se serrer un peu plus à chaque seconde dans ma poitrine, seulement je ne pouvais pas me résoudre : Ma femme allait finir par se réveiller. J’avais toujours cru en elle, dès la toute première fois où l’on s’est rencontré, ce n’était pas pour effacer tout cela maintenant, c’était à ce moment précis que Maxyn avait besoin de moi et je serais là pour elle.

Après quelques secondes et probablement mon imagination, je sentais ses doigts venir serrer les miens, un geste que j’avais si longtemps espérait et qui n’avait jamais été réalisé depuis son accident, pourtant, aujourd’hui c’était en train d’arriver, j’avais envie de croire que ce n’était pas moi qui le rêvait. De ma main de libre, j’appuyais sur ce bouton que j’avais tant regardé par le passé, celui où je pouvais appeler les infirmières et médecins, pour la première fois depuis deux ans, il y avait de l’évolution dans le cas de ma femme et après autant de temps de souffrance, il était temps que les bonnes nouvelles soient de retour. « Maxyn, c’est moi, Dick… » Puis d’un seul coup, ces deux dernières années me revenaient en mémoire, la souffrance vécu également et faisait revenir à grand pas ce côté pessimiste que je connaissais plutôt bien : Et si ma femme était juste en train de baisser les bras ? Cette idée, je ne voulais pas l’avoir, mais pourtant elle ne voulait pas sortir de ma tête alors que je voyais deux infirmières et un médecin entraient en trombe dans la chambre, est-ce que j’étais en train de voir ma femme mourir sous mes yeux, sans rien pouvoir faire ?

« Elle est en train de faire une réaction neuronale. » « Une réaction neuronale ? … Ca veut dire quoi ? » J’étais perdu, c’était un milieu que je ne connaissais pas, ce milieu était celui de ma femme pas le mien, moi j’étais fait pour entrer dans un bâtiment en feu ou encore pour intervenir lors d’un accident de la route, mais ce jargon-là, il m’était étranger. Je ne savais pas ce que le médecin avait voulu dire, mais ce qui était sûr c’était que je n’avais pas de répondre à ma question, je me sentais comme un poisson hors de l’eau, je ne savais plus quoi faire, ni même quoi dire, oui je l’admettais j’étais en train de paniquer, qu’est-ce que j’étais censé faire ? En deux ans, il s’en était passé des choses dans ma vie, j’avais rencontré Jaimie et cette attirance inconnue, Swann et ses conseils ô combien important, j’avais même retrouvé mon cousin Liam qui était sorti de prison. Mais avec ce qui était en train de se passer actuellement, tout d’un seul coup se balayait, partant dans un coin de ma mémoire pour me rappeler de Maxyn, de tous nos souvenirs, de notre vie à deux, une vie que je n’étais pas prêt à laisser partir. Et visiblement, il semblait que c’était également le cas pour elle, puisque bien difficilement ses yeux s’ouvraient, j’étais même en train de me demander si je n’étais pas en train de rêver. Pourtant, cela semblait bien réel, je ne pouvais pas m’empêcher d’afficher un sourire sur mon visage, j’étais soulagé et heureux de ne plus la voir inconsciente, mon cœur se relâchait complètement. « Sweetie… » J’avais imaginé ce moment à de nombreuses reprises, j’avais je ne sais pas combien de fois répété dans ma tête tout ce que je pouvais bien lui dire si Maxyn ouvrait les yeux et pourtant, maintenant que ça avait lieu, je ne savais plus quoi dire, aucun mot ne passait ma bouche à par ce surnom que j’avais toujours eu l’habitude de lui donner.
Maxyn & Declan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 118
Âge : 27 Ans
Métier : Interne
J'aime : mon époux ?
Situation amoureuse : Declan il semblerais
Relationship : « Si tu ne prends pas le temps de créer la vie que tu désires, tu seras forcé à passer beaucoup de temps à vivre une vie dont tu ne veux pas.»
Date d'inscription : 08/08/2016
Crédit © : Jerry
Avatar : chloé bennet

MessageSujet: Re: Les fins heureuses existent vraiment ? → Maxyn & Dick Mer 17 Aoû - 0:35




Les fins heureuses existent vraiment ?
Maxyn & Dick


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forumotion.com/
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Re: Les fins heureuses existent vraiment ? → Maxyn & Dick Dim 28 Aoû - 17:47



Les fins heureuses existent vraiment ?
Maxyn & Declan
« On vous l’enlève quelques minutes le temps de faire plus d’examens, de lui passer un scanner et vérifier que nous sommes bien face à une bonne nouvelle monsieur Price. » C’était sans doute con de ma part, mais après les deux dernières années que l’on venait de vivre, je n’avais pas envie qu’on me l’enlève encore quelques minutes, j’avais envie de pouvoir passer du temps avec ma femme égoïstement. Je savais très bien que les examens qu’ils allaient lui faire passer étaient nécessaire après son réveil dont eux même ne croyait pas, mais voilà, je voulais la garder pour moi, me retrouver seul avec Maxyn, pouvoir la prendre dans mes bras et retrouver ces sensations du passé. Même si bien sur je savais qu’après deux ans de coma il allait lui falloir du temps pour revenir dans la réalité, effectuer des gestes banals, de pouvoir parler correctement à nouveau, marcher correctement toute seule. Peu importe le temps que cela prendrait, elle pourrait compter sur moi, sur ma présence, après tout lorsque je l’avais épousé, j’avais devant sa famille, la mienne et nos amis accepté de l’aimer et de la soutenir dans les bons, comme dans les mauvais moments, je ne trahirais pas ma parole, encore moins l’amour que j’avais pour elle. C’était tout un petit tas de chose qui faisait que je n’avais pas envie qu’il me l’enlève le temps de quelques examens, mais je n’avais guère le choix, puisqu’avant même que je ne puisse reprendre la parole, le contact que j’avais avec ma femme par sa main dans la mienne était rompu pour la sortir de la chambre en direction de je ne sais quelle salle de cet hôpital.

Je me retrouvais, debout dans cette chambre complètement vide de toute présence humaine, sans le moindre bruit, le silence total, c’était la toute première fois depuis que je venais ici aussi souvent que le pouvais qu’il n’y avait pas le moindre son, c’était tellement étrange comme sensation. Je passais ma main sur mon visage, comme pour m’assurer que ce qui était en train de se passer n’était un rêve, mais bien la réalité, que ma femme avait donné tort aux médecins, qu’elle m’avait donné raison de continuer de croire en elle et de ne pas accepter de la débrancher. Les yeux fermaient, j’avais encore bien du mal à croire ce qui était en train de se passer et pourtant je ne pouvais pas masquer ce sourire présent sur mon visage, oui là maintenant, j’avais envie de croire que c’était le début de notre nouvelle vie à tous les deux, le début d’une nouvelle histoire, mais une histoire qu’une fois encore on allait écrire ensemble, encore plus fort que jamais, après ce que l’on venait de traverser, je ne voyais pas comment on pouvait faire plus difficile, ce n’était pas possible. Retirant ma main de mon visage, j’ouvrais à nouveau les yeux, alors que ma vue commençait à se brouiller par les larmes qui étaient en train de me gagner, non je n’étais pas triste, mais je ne pouvais empêcher ses larmes de sortir, bien trop content, heureux de ce qu’il se passait. Passant ma langue sur ma bouche avant de mordre ma lèvre inférieure, je passais un bras derrière moi, cherchant la chaise de ma main avant de m’assoir dessus, laissant mon dos trouver le dossier de la chaise, avant que ma tête ne tombe en arrière, les yeux tournaient vers le plafond de cette chambre que je connaissais trop bien.

Je ne serais pas capable de dire combien de minutes exactement j’étais resté dans la même position, dans l’immédiat ça n’avait pas d’importance, la seule chose que je voulais, c’était retrouver ma femme, pouvoir à nouveau passer du temps avec elle. Sortant de mes pensées, je venais attraper mon téléphone dans la poche arrière de mon jean, la nouvelle technologie me permettait de me rendre avec sur les réseaux sociaux, celui sur lequel je me trouvais étant Instagram, je voulais y mettre un message pour Maxyn, pour celle que j’aime. Des photos de nous deux, j’en avais pas mal en stock, le choix était dur de n’en prendre qu’une seule, mais mon choix s’arrêtait sur celle que l’on avait prise lors du week-end de mariage d’un ami que l’on avait, avec en fond ce paysage magnifique. Après deux ans de cauchemar, je voulais montrer que cet enfer nous permettrait d’en sortir plus fort, bien sûr il y avait Jaimie dans ma vie, bien sûr cette relation apportait beaucoup d’interrogation pour moi, mais je ne pouvais pas, je ne voulais pas tourner la page après dix ans d’amour, depuis notre toute première rencontre j’avais Maxyn dans la peau, dans mon cœur et je n’avais pas envie que cela se termine. Je venais à peine d’envoyer la photo avec un petit commentaire, que du mouvement revenait dans la chambre où je me trouvais, ma femme revenait allongée dans ce même lit qu’elle avait depuis deux ans, accompagné d’une infirmière qui la ramenait.

Un sourire prenait place une nouvelle fois sur mes lèvres, mon portable sur le support du plateau repas, à côté des fleurs, je me relevais de la chaise sur laquelle je me trouvais, laissant l’infirmière s’adresser à Maxyn avant de se tourner vers moi. « Le médecin va passer vous voir avec les résultats des examens, vous avez eu raison de continuer à croire aux miracle Monsieur Price, à première vue cela semble positif… Comme j’ai dit à votre femme, elle ne doit pas parler pour le moment, ni même tenter de se relever, il va lui falloir encore du temps pour que tout rentre dans l’ordre. » « Merci… » Je ne savais quoi répondre d’autre à cette infirmière, c’était pour cette raison que je m’étais contenté de ce simple mot, avant qu’elle ne quitte la chambre, me permettant de me retrouver avec ma femme pour la première fois depuis deux ans. Je me rapprochais du lit, avant de venir m’y asseoir sur le bord, ma main ne tardant pas à retrouver celle de Maxyn, serrant ses doigts dans les miens, avant de passer l’autre délicatement sur sa joue que je caressais avec mon index. « Tu m’as manqué… Tu m’as terriblement manqué. » Et encore, le mot était trop faible pour traduire à quel point ces deux dernières années sans elle avait été horriblement dur pour moi. « Je sais que… Que tu ne dois pas parler, mais ça fait deux ans que je viens te voir depuis ton accident de cheval et que je ne peux rien te dire, alors… Je suis désolé si je parle trop… » Une nouvelle fois je laissais un sourire se montrer sur mon visage, je ne pouvais pas qualifier ce jour comme le plus beau de ma vie, parce qu’il arrivait après une chute qui avait apporté bien des problèmes, bien des angoisses, mais oui, là tout de suite, j’étais content… Heureux de retrouver ma femme. « Ca a été dur sans toi et… Beaucoup de chose ont changé depuis deux ans, mais j’ai toujours cru en toi, j’ai toujours su que tu ne baisserais pas les bras sans te battre… Je ne suis même pas sûr qu’à ta place j’aurais été capable de faire la même chose… Je sais que je te l’ai promis le jour de notre mariage et que tu le sais déjà, mais je serais toujours là pour toi mon amour, peu importe ce qu’il se passe que ce soit bon ou mauvais, je serais présent à tes côtés… » Il y avait tellement de chose que j’avais envie de lui dire, comme faire un récapitulatif de ces deux dernières années, mais en priorité, je voulais lui montrer à quel point elle avait de l’importance dans ma vie, à quel point, malgré ce passage difficile, elle avait continué de me manquer chaque jour sans exception.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 118
Âge : 27 Ans
Métier : Interne
J'aime : mon époux ?
Situation amoureuse : Declan il semblerais
Relationship : « Si tu ne prends pas le temps de créer la vie que tu désires, tu seras forcé à passer beaucoup de temps à vivre une vie dont tu ne veux pas.»
Date d'inscription : 08/08/2016
Crédit © : Jerry
Avatar : chloé bennet

MessageSujet: Re: Les fins heureuses existent vraiment ? → Maxyn & Dick Dim 11 Sep - 2:33




Les fins heureuses existent vraiment ?
Maxyn & Dick


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forumotion.com/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les fins heureuses existent vraiment ? → Maxyn & Dick

Revenir en haut Aller en bas
Les fins heureuses existent vraiment ? → Maxyn & Dick
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les fins heureuses sont des histoires inachevées. - ft Kaylee
» Harry Potter existe vraiment !
» Je suis vraiment fière de moi...
» Bon plan pour arrondir ses fins de mois
» j'ai acheté une piscine pour mon AAD... vraiment pas chère !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Challenge Of Chicago :: And what about you? :: Anciens RPs-
Sauter vers: