Partagez|

Declan + Petit Price

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Declan + Petit Price Sam 9 Avr - 17:02

DECLAN PRICE
IDENTITE

   PRÉNOM & NOM • Declan Price
   DATE & LIEU DE NAISSANCE • 21 Avril 1988 à Chicago
   ÂGE • 27 ans
   PROFESSION • Barman
   SITUATION AMOUREUSE • Marié depuis 10 ans à Maxyn
   ORIENTATION SEXUELLE • Hétérosexuelle

   SCENARIO OU INVENTE • Inventé
   GROUPE • The Butterfly Effect
   AVATAR • Robbie Amell


 
ANECDOTES & INFORMATIONS

Petit dernier d’une fratrie de 5 enfants, j’ai été le petit chouchou, celui dont tout le monde s’occupait, enfin presque tout le monde, puisque comme dans toute famille, on ne peut pas s’entendre tous les uns les autres ℘ Je suis quelqu’un qui sait prendre ses responsabilités, mais qui a tendance à souvent flirter avec la limite, le fait d’être le petit dernier a fait que je cherche toujours plus loin, si je voulais devenir pompier ce n’était pas pour rien ℘ Ne vous attendez pas à me voir pleurer un jour devant vous, ça n’arrivera jamais, si je dois pleurer, je le ferais une fois que je serais seul, la seule fois où je n’ai pas pu retenir mes larmes, ce fut le jour de l’accident de Maxyn ℘ J’ai cette fâcheuse habitude, de jouer avec mon alliance, comme la faire tourner autour de mon annuaire ℘ J’ai toujours eu peur de perdre tout ce qui me rendais heureux, je n’ai jamais pu l’expliquer, mais cette peur je l’avais et j’ai fini par perdre mon bonheur ℘ Après la chute à cheval de ma femme, je me suis renfermé sur moi-même, devenant une personne que je n’étais pas, si j’aime ma famille, je ne parle plus de ma vie avec eux, d’ailleurs aucun ne sait qu’une fois mon boulot de barman fini, je trempe dans des histoires de Chicago peu légal ℘ Depuis l’accident de Maxyn, je ne suis pas retourné voir Liam en prison, je ne sais même pas comment il va, la seule information que j’ai, c’est qu’il est sorti de prison ℘ Depuis 10 ans je suis fidèle à la même femme, celle que j’ai épousé et que j’aime encore aujourd’hui, seulement je ne serais pas capable de dire ce qu’il y a entre Jaimie et moi, il y a cette attirance que je n’arrive pas à comprendre, ni même à contrôler


HISTOIRE

Comme a peu prêt chaque jour, toute la famille se retrouve à table au grand complet, il y a bien sûr mes parents Peter et Malia assied l'un à côté de l'autre, avec tout juste à droit Andrew, l'aîné de la famille, le premier fils de mon père qu'il a eu avec une autre femme, mère dont il n'a plus aucunes nouvelles depuis ses 4 ans. S'en suit tout juste à côté de lui Lindsey, l'une des jumelles, la plus sérieuse des deux, elles sont tellement différentes l'une de l'autre et pourtant tellement proche, puisque Kaitlin était le véritable petit clown des Price, celle vers qui on peut se tourner lorsque l'on a besoin de rire, de décompresser. Puis il y a Eleina, ma dernière sœur, elle a 2 ans de plus que moi, ce que j'ai toujours apprécié avec elle, c'est qu'elle est franche, si elle veut vous dire quelque chose, que ce soit blessant ou non, elle le dira, parfois avec diplomatie, parfois sans, cela dépend de son humeur. « Allô, Dick, maman attend ton assiette. » Kaitlin me sortait de mes pensées, me faisant de grands signes pour capter mon attention en même temps qu’elle me parlait, revenant sur terre tout le monde se retrouvait à rire, il en allait de même pour moi du haut de mes 8 ans, en même temps que je prenais l’assiette que je donnais à ma mère. « Quand tu rêves toi tu ne fais pas semblant. » Oui, parce que j’avais plus souvent l’habitude d’être intenable, le petit garçon qui aime sourire, s’amuser, rigoler, bien souvent lorsque Kaitlin commence ses pitreries, je la suis tout juste après, j’étais vraiment réputé pour être un petit garçon joyeux, heureux de vivre. « Il faut bien que je reprenne des forces avant de rigoler. » Mon sourire ne me quittait pas alors que j’attrapais l’assiette que l’on me tendait, rapidement posé devant moi, je ne tardais pas à prendre fourchette et couteau en main, parce que la journée avait été longue et je commençais à avoir sérieusement faim, je ne pouvais pas attendre plus longtemps pour commencer.


Ils sont bien loin mes 8 ans, depuis le petit garçon que j'étais à bien grandit, il faut dire en même temps à 17 ans, il vaut mieux pour moi que je ne sois plus le même, bien que mon caractère lui est toujours le même, depuis mon enfance je n'ai pas changé et je crois que jamais je ne pourrais changer, je suis toujours ce même garçon souriant qui aime profiter des joies de la vie, il n'y a rien de mieux que de vivre heureux. La famille a toujours un lien très important pour moi, si je devais choisir entre ma vie ou celle de l'un de mes parents ou frère et sœurs, je choisirais la leurs sans la moindre hésitation, puis il y a aussi mes cousins et ma cousine, avec qui je m'entends bien, bien qu'Liam et Summer soient plus dans ma tranche d'âge que Christopher qui est plus jeune d'un an que mon grand-frère. Pour moi, le lycée c'est un véritable régale, il faut dire que j'aime le sport, je ne peux pas passer une journée sans en faire, ce qui aide beaucoup pour intégrer l'équipe de basket-ball du lycée, même si je ne suis pas le meilleur joueur, je fais partie de l'âme de cette équipe. D'ailleurs je sors tout juste de l'entrainement, la journée de cours était terminée, j'allais pouvoir rentrer chez moi, enfin avant de trainer un peu avec mes coéquipiers, enfin changé, je fermais la porte de mon casier, attrapant mon sac de sport avant de quitter le gymnase. Rejoindre l'extérieur faisait un bien fou, même s'il ne faisait pas froid dehors, sentir l'air contre ma peau était une sensation agréable après un bon entrainement et une bonne douche. « Dick’, tu viens avec nous ? On va boire un verre avant de rentrer. » Même si on n'était pas majeur, on prenait des boissons non-alcoolisé, surtout après avoir fait du sport, je ne pouvais pas refuser cette sortie, même si j'allais rentrer un peu plus tard que prévu, mais ce n'était pas bien grave, mes parents commençaient à me connaitre et ils n'étaient pas les plus énervants sur ce genre de détail. « Oui, bien sûr que je viens. » Ma réponse était sans appel, je venais un point c'est tout, plaçant la lanière de mon sac sur mon épaule, je plongeais mes mains dans les poches de mon jean, on avait tous commencé à marcher, le reste de l'équipe se trouvait soit à ma gauche, soit derrière moi, d'ailleurs j'avais tourné ma tête sur le côté, en train de parler avec l'un d'eux, enfin plutôt plaisanter. Tellement concentrait sur ce que l'on faisait que je n'avais même pas regardé où je m'étais les pieds, ni même ce qu'il y avait devant moi, si bien qu'au bout d'un moment je sentais un obstacle contre mon épaule, qui me faisait me retourner immédiatement. « Je suis désolé. » A peine avais-je fini de parler que mon regard trouva la personne que je venais de bousculer, il s'agissait d'une lycéenne tout comme nous, bien que je ne l'avais encore jamais vu avant, sûrement une nouvelle. Je ne pouvais pas vraiment expliquer le comment du pourquoi, ou le pourquoi du comment, mais à la seconde où mes yeux avaient trouvé les siens, il y a eu ce coup de foudre, celui qui me faisait comprendre qu'il y avait de grandes chances que cette jeune femme soit mon premier amour.


Je ne pouvais pas vraiment dire que la décision que j'avais prise il y a quelques mois avait été du gout de toute la famille, même s'ils étaient tous présents pour le plus beau jour de ma vie, je ne pourrais pas oublier certaines paroles qui m'avaient été dites, mais ce n'était pas aujourd'hui, pas maintenant que j'allais penser à ce genre de choses, non j'avais bien plus important en tête. Je me retrouvais dans mon ancienne chambre de la maison familiale qui avait bien changé depuis, face à un miroir, mon regard était bloqué dessus alors que mes mains s'ouvraient et se fermaient nerveusement, j'étais complètement stressé, non pas que je regrettais mon choix, mais parce que j'attendais ce moment depuis tellement longtemps que l'attente qu'il restait été de plus en plus horrible. « Dick’, tu es prêt ? » Je sortais de mes pensées, tournant mon regard vers mon frère, aujourd’hui, il était mon témoin, celui que j’avais choisi pour mon mariage. J’étais peut-être inconscient après tout, cela ne faisait que trois ans que l’on était ensemble, c’était sans doute trop tôt, mais depuis que je l’avais rencontré en sortant de l’entrainement de basket-ball, j’avais appris à la connaitre et maintenant je savais que Maxyn était celle avec qui je voulais être, celle avec qui je voulais faire ma vie. « Je n’ai jamais été aussi prêt de ma vie. » Je n'ai jamais été aussi prêt, de ma vie. A peine avais-je fini de parler que je posais ma main sur l'épaule de mon grand frère, mon sourire ne me quittait pas, le fait qu'il soit là, que l'on parle ensemble me faisait oublier cette attente insoutenable, ce stress qui montait. Mais je ne devais pas oublier que l'heure approchait et que je devais terminer de me préparer, attrapant la veste de mon costume, je l'enfilais soigneusement sur moi, rapidement aidé par Andrew qui la réajustait correctement. « Tu vas devenir le 2e de la famille à te passer la corde au cou, je ne vois pas comment tu peux attendre ce moment avec impatience. » A ses mots, je me laissais rigoler, je le connaissais trop bien pour savoir que les relations de couples pour les c’étaient interdit, Andrew n’avait jamais été capable de rester fidèle à une femme, je le voyais mal se marier un jour, à moins qu’il soit parti à Las Vegas et qu’il est trop bu. Mais comme il le disait, j’étais le deuxième de notre génération à me marier, le premier avait été mon cousin, l’année dernière avec sa femme, Ellie. « Qu’est-ce que tu veux, avec Liam on est plus fait pour une vie de couple, qu’une vie de célibataire. » Tous les deux on avait rencontré celle qu’il avait épousé et celle que j’allais épouse, au lycée, pour les deux cela avaient été un véritable coup de foudre, il était d’ailleurs la seule personne à vraiment comprendre ce que je ressentais pour Maxyn et à comprendre mon envie de me marier avec elle.


Après mon mariage avec Maxyn, j'ai trouvé plusieurs petits boulots pour nous permettre de pouvoir payer un appartement, il n'était pas très grand, mais largement suffisant pour nous deux, bien que l'on faisait à côté nos études tous les deux, pour ma part j'ai commencé par me lancer dans le droit, Andrew avait réussi à me motiver de suivre son chemin, tout comme Liam, enfin avant tous les problèmes qu'il a eus avec le meurtre de sa femme et son procès qui l'avait jugé coupable. Mais j'avais fini au bout de trois ans à me rendre compte que ce n'était pas du tout un domaine pour moi, si ça me plaisait, ce n'était pas du tout ce que je voulais faire, Maxyn ayant terminé et trouvé un premier « vrai » boulot dans ce qu'elle voulait, en plus de mes petits boulots on a pu louer un appartement un peu plus grand dans le quartier de Downtown l'année dernière au mois de juin. Pour ma part, si j'ai arrêté le droit, je me suis lancé dans une tout autre carrière, je voulais devenir pompier, ne me demandez pas pourquoi, mais c'était ce que je voulais et j'ai suivi tous les cours qu'il fallait pour cela, j'avais même réussi le concours d'entrée, j'étais le petit stagiaire de la caserne depuis presque 10 mois. D'ailleurs, en ce moment même je me trouvais dans celle-ci, le tee-shirt de la brigade sur le dos, je me retrouvais assis à la table avec les autres, certains étaient en train de lire le journal, d'autre de regarder la télévision et moi je discutais avec mes coéquipiers, enfin avant que mon téléphone ne se mette à sonner. « Allô… Oui c’est moi. » Mon sourire n'était pas resté longtemps, rapidement le visage neutre avant de froncer les sourcils en apprenant qui était à l'autre bout du fil, je me redressais sur ma chaise, j'avais le cœur qui commençait à battre la chamade, oui j'avais peur, peur parce qu'il s'agissait d'une personne qui était importante pour moi, ce n'était, non pas mon frère, mes sœurs, mes cousins ou ma cousine, mais bien ma femme. « Pardon ? » C'était les seuls mots que j'avais réussis à sortir parce que je n'avais pas envie d'y croire, mais une fois encore, le médecin me répétait ce qu'il m'avait dit la première fois, lors d'une balade avec son cheval, Maxyn avait fait une chute, une mauvaise chute et elle se trouvait en ce moment même à l'hôpital, vu le ton que le médecin employait, ce n'était pas bon signe. « Chicago Med ? J’arrive. » Je me retrouvais debout avant même d’avoir raccroché, en traversant les couloirs de la caserne je rangeais mon portable dans la poche de mon pantalon, le regard baissé vers le sol, je n’arrivais pas à réaliser ce qu’il se passait, mais j’avais peur, peur pour ma femme, peur de la perdre. En arrivant devant le bureau du chef, je soufflais un bon coup avant de frapper trois coups à celle-ci pour l’avertir de ma présence, j’attendais quelques secondes qu’il m’annonce de rentrer avant de me retrouver dans son bureau. « Chef, l’hôpital vient de m’appeler, ma femme a fait une chute à cheval… » « Quittes cette garde, vas la rejoindre Price, ta femme a besoin de toi. » Le chef m’avait coupé la parole, ne me laissant pas le temps de lui demander si je pouvais partir, qu’il me le disait de lui-même, hochant la tête pour le remercier je me rendais à la porte de son bureau avant de reprendre. « Merci chef. »  


« Bonjour, je suis Declan Price, ma femme a été amené ici, Maxyn Price. » Je venais d’arriver à l’hôpital, mes mains étaient posées sur le comptoir de l’accueil, mes yeux dirigeaient vers la secrétaire qui s’y trouvait, si j’avais eu du mal à réaliser lorsque j’avais eu quand j’étais à la caserne, sur le chemin j’avais laissé quelques larmes couler. « Bonjour, je vous laisse patienter en salle d’attendre, le médecin viendra vous voir. » Après un mouvement de la tête pour la remercier, je prenais place sur l’une des chaises libres, dans un premier temps mon dos était contre le dossier de la chaise, ma jambe droite tremblait, de stress, de tristesse, d’angoisse, de pleins de sentiments que je ressentais. Après quelques minutes je me penchais en avant déposant mes coudes sur mes cuisses, mes mains l’une dans l’autre, le regard baissait vers celle-ci, je voyais mon alliance à mon annuaire, bague que je venais toucher avec l’autre main, la faisant tourner autour de mon doigt, alors que je me replongeais dans mes souvenirs, dans ce que j’avais vécu avec ma femme, de notre première rencontre jusqu’à aujourd’hui. « Monsieur Price ? ... Votre femme a fait une violente chute, quand elle est arrivée ici elle était déjà inconsciente, on l’a opéré en urgence pour stopper une hémorragie interne. Mais on a été obligé de la plonger dans un coma artificiel. » Aux paroles du médecin, je me relevais de ma chaise, lui faisant face, croisant mes bras contre ma poitrine, je sentais mon cœur se serrer au fur et à mesure de ses paroles. En me perdant dans mes pensées, je ne m’étais pas rendu compte que j’étais déjà ici depuis une bonne heure et demie, je n’avais même pas prévenu un membre de ma famille, j’avais besoin d’être seul. « Soyez honnête, est-ce qu’elle va s’en sortir ? » Je n’aimais pas cette question, je n’avais pas envie de la poser, parce que j’avais peur de la réponse que j’allais entendre, mais il fallait pourtant que je la pose, que je sache, que ce soit bon ou mauvais. « Honnêtement, je ne suis pas très optimiste à ses chances de survies. » Voilà le coup de massue que je redoutais, c’était qu’une phrase, mais elle m’en avait fait décroiser les bras que je laissais tomber le long de mon corps avant de me rassoir sur la chaise que j’occupais juste avant. Mon regard perdu sur le sol, j’étais complètement perdu, je ne savais pas comment je devais réagir, tout ce que je savais, c’était que j’aimais ma femme et que je ne me voyais pas vivre sans elle, depuis mes 17 ans elle faisait partie de ma vie. « Je peux la voir ? » « Oui, bien sûr, venez avec moi. » Je me relevais, suivant le médecin à travers les couloirs, passant devant plusieurs chambres fermaient, puis arrivé devant une porte, il me l’ouvrait avant de me laisser rentrer seul à l’intérieur. Rapidement je voyais le lit avec ma femme dessus, les yeux fermaient, je reprenais une grande inspiration, tournant mon regard vers les machines sur lesquels elle était branchée, c’était déjà très dur d’entendre le médecin me faire part de son pessimisme sur l’état de santé de ma femme, mais la voir ainsi, c’était comme si mon pire cauchemar se produisait. « Sweety, c’est moi, Dick. » J’avais l’impression d’être con, je me retrouvais à lui parler, l’appeler par le surnom que je lui avais donné, en sachant très bien qu’elle ne me répondrait pas. Baissant mon regard quelques instants, je m’approchais du lit, prenant sa main dans la mienne avant de venir déposer un baiser sur son front. « Je ne sais pas si tu m’entends… Mais si c’est le cas, s’il te plait, ne me laisses pas… » Je baissais mon regard fermant les yeux, la voix fébrile, je laissais les larmes monter, de toute façon je ne pouvais pas les en empêcher, je reprenais ma respiration le cœur serrait. « Sans toi je suis perdu. » J’arrivais à lâcher cette dernière phrase avant de laisser mes sentiments prendre le contrôle, je me retrouvais à côté de ce lit, ma femme dessus inconsciente, en train de pleurer, ma vie qui était pourtant tellement parfaite, était en train de prendre un sacré coup.


Deux ans, deux ans que ma vie avait complètement changés, depuis l'accident de ma femme, le coma artificiel est devenu un coma, les médecins ne sont pas plus optimistes que le jour de sa chute à cheval, pourtant pas un jour ne se passe sans que je ne vienne la voir, toujours dans la même chambre, toujours dans le même état, toujours aussi dur à chaque fois. La question de la débrancher avait atterri sur le tapis après 9 mois, mais ni ses parents, ni moi n'avions réussi à avoir le courage de le faire, d'accepter, c'était sans doute lâche, mais c'était notre choix. Moi depuis, je suis un homme bien différent, je n'ai jamais réussi à remettre les pieds dans la caserne, en tout cas pas pour une nouvelle garde, j'ai complètement arrêté ma formation pourtant presque terminée. Après plusieurs petits boulots, j'ai trouvé une place de barman dans un café, complétant le tout par du travail en dehors qui n'est pas toujours très net, je dirais très peu légal, mais ça me permettait de pouvoir payer mon loyer, de pouvoir passer voir ma femme tous les jours. Avec ma famille, les choses sont un peu différentes, j'aime toujours autant passer du temps avec eux, ils sont toujours autant importants à mes yeux, mais avec eux comme avec tout le monde, je suis un nouvel homme, il est loin le garçon souriant que tout le monde connaissait. Malheureusement, je n'ai jamais réussi à me concentrer sur les problèmes de mon cousin depuis, je n'en suis pas fier, mais je n'étais pas capable d'affronter une autre situation dramatique, s'en était bien trop pour moi. Il y avait une chose que je pouvais noter, l'arrivée de Jaimie dans ma vie, je ne pourrais pas expliquer comment, mais dès notre première rencontre les choses ont été assez étrange, le temps a fini par me montrer que c'était une attirance qu'il y avait entre nous, quelque chose de fort dont j'ai vraiment du mal à lutter, mais le souvenir de ma femme revient à chaque fois. « Salut Dick’. » D’ailleurs en parlant d’elle, elle faisait son arrivée dans le bar où je me trouvais, je n’étais pas suivi, c’était simplement parce que l’on avait rendez-vous, c’était sans doute idiot et dégueulasse de ma part, mais il n’y avait qu’en sa présence que j’arrivais à me retrouver, à retrouver un peu l’envie de plaisanter. « Salut, vas-y assieds-toi. » ça n’avait pas été facile pourtant au début, j’avais même mis 4 mois avant de lui avouer que j’étais marié et que ma femme était dans le coma après une chute à cheval, je n’en avais pas parlé parce que c’était ma vie, que ça ne regardait personne d’autre que moi, mais les choses étaient tellement devenues bizarre que j’avais eu besoin de mettre cette distance, enfin si on pouvait vraiment appeler cela une distance.



 
VOTRE PSEUDO

   PRENOM • Elodie
   PSEUDO • Squad
   ÂGE • 25 ans
   PAYS • France

   DOUBLE-COMPTE • Emil Grayson
   VOTRE PRÉSENCE SUR LE FORUM • Dès que je suis disponible
   COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM • Je fais parti du staff

   CODE DU RÈGLEMENT • code validée par Richard Wolf
   UN DERNIER MOT • Vive COC
   
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °


Dernière édition par Declan Price le Lun 11 Avr - 14:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 270
Métier : ambulancière, amoureuse de son métier.
J'aime : les hommes c'est les plus beaux.
Situation amoureuse : mère célibataire, séparée de son ancien compagnon.
Date d'inscription : 08/02/2016
Crédit © : ...
Avatar : Lauren German

MessageSujet: Re: Declan + Petit Price Sam 9 Avr - 17:37

Bienvenue, ma boite a mp est ouverte si tu as une question

_________________


DOULEUR INDÉLÉBILE • girl you’re my beautiful my lady a red silhouette hotly rock n’ roll on this night when everyone is sleeping, i will do a secret dance with you and fall asleep (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 127
Métier : Maire de Chicago
J'aime : Tous les habitants de la ville
Situation amoureuse : Veuf
Relationship :
Date d'inscription : 14/11/2015
Crédit © : Petty Faction
Avatar : Simon Baker

MessageSujet: Re: Declan + Petit Price Lun 11 Avr - 14:35



Congratulation Invité !

Tout d'abord, Bienvenue sur Challenge Of Chicago

J'ai l'honneur et le plaisir de t'annoncer que tu es désormais validé(e) ! Et dire que Declan avait tout pour être heureux, une famille, une femme, bon la seule ombre au tableau était l'emprisonnement du son cousin, mais sinon tout le reste lui souriait... Et la vie en a décidé autrement. Son histoire est triste, mais je croise les doigts pour que tout s'arrange pour lui.

Etant officiellement un habitant de Chicago, tu peux désormais aller poster ta fiche de lien, mais aussi ta fiche de RP. N’oublie surtout pas de vérifier que ton avatar, ton prénom et ton nom soient bien recensés. Aujourd’hui, on a tous besoin d'un métier pour pouvoir payer les factures ou encore ce faire plaisir de temps en temps, d'un logement où tu rentrerais le soir après le boulot ou en pleine nuit après une soirée avec des amis. Avec la technologie que nous avons maintenant, il est important pour tout le monde d’être munie d’un téléphone pour rester joignable à tout instant, ainsi que d'un compte instagram, afin de partager avec tes amis, ton entourage une partie de ta vie, à travers tes photos.


Toute l'équipe de Challenge Of Chicago est là pour toi dès que tu en as besoin, si tu as la moindre question, n'hésites surtout pas à contacter Richard WolfEmil GraysonLéandro AlvaroLeslie O'Lawlor-CaldwellEvie Darwin

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://challengeoc.forumactif.org
avatar
Messages : 93
Âge : 27 ans
Métier : Barman
J'aime : J'ai toujours aimé une femme, Maxyn, celle a qui j'ai dis oui, mais Jaimie est arrivée dans ma vie et a changé beaucoup de chose
Situation amoureuse : Marié... Si vous cherchez ma femme, elle est dans le coma au Chicago Med
Relationship :
Date d'inscription : 09/04/2016
Crédit © : Squad
Avatar : Robbie Amell

MessageSujet: Re: Declan + Petit Price Lun 11 Avr - 14:38

Merci beaucoup Leslie

_________________

i'm no superman



Très souvent, au cours de notre existence, nous voyons nos rêves déçus et nos désirs frustrés, mais il faut continuer à rêver, sinon notre âme meurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Declan + Petit Price Lun 30 Mai - 13:09

Re-bienvenue ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Declan + Petit Price

Revenir en haut Aller en bas
Declan + Petit Price
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» petit craquage mais bien ciblé !
» L'histoire de petit Louis
» petit morceau de tendresse
» Un petit écureuil très curieux...
» Un petit coucou !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Challenge Of Chicago :: Passport and Identity :: Passport :: Congratulations-
Sauter vers: